Croire en la lumière

, , ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30

It’s Diwali everywhere, let’s show some love and care and wish everyone out there…

Je vous laisse traduire l’exergue du jour, comme je vous laisse lire les billets des années précédentes (2016, 2015 ou 2014) pour en savoir davantage sur Diwali. Je m’épargne également de vous classer les photos, de vous expliquer que les pétards sont interdits à New Delhi pendant la fête pour lutter contre la pollution de l’air, que le Premier ministre Narendra Modi a fêté Diwali avec les garde-frontières tout près du Pakistan… et de vous énumérer les dieux hindous invoqués durant ces cinq jours de rayonnement

Diwali, la fête des lumières, a donc commencé hier, en Inde bien sûr, comme à Fidji, en Indonésie, au Népal, en Malaisie, à l’île Maurice, en Birmanie, à Singapour, au Sri Lanka, au Surinam, à Trinité et Tobago, où ces jours de fête sont jours fériés, mais aussi au Kenya, en Tanzanie, au Bhoutan, en Thaïlande, en Malaisie, en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande, jusqu’à Londres ou Sydney comme en témoignent les dernières images du jour…

Et sur abcdetc, où toutes ces lumières du jour m’ont semblé avoir un goût bien moins amer que les bougies d’hier, allumées pour célébrer la liberté de la presse.

J’ai tellement besoin de lumière…

Je remercie juste pour finir tous les potiers indiens qui fabriquent patiemment les petites coupelles à bougies, comme celui de la dernière image prise à Ajmer, au Rajasthan.

Ainsi que tous ceux et celles qui portent un peu de lumière dans ce monde. Et parfois la partagent avec moi.

(Photos : Himanshu Sharma, Sanjeev Gupta, Ajay Verma, Dinuka Liyanawatte, K.K Najeeb, Darren Staples, Kunal Patil, Danish Siddiqui, Adnan Abidi, Diptendu Dutta, David Moir, Xavier Galiana, DR)

Le problème des énumérations, c’est qu’on risque soit la répétition soit l’oubli.

À Madagascar aussi, on fête Diwali. Et l’on danse — peut être en même temps – sur la musique de Toko Telo.