Des fleurs

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5

“A chacun sa part de pain et de roses…”
Bread and roses, chanson traditionnelle du mouvement ouvrier américain

On finit par s’habituer aux images de réfugiés rohingyas, comme on s’est lassé des noyades de migrants en Méditerranée.

Et l’on s’habituera encore et encore. À mesure des guerres, des catastrophes climatiques, des naufrages économiques qui multiplieront les réfugiés jetés sur les routes et les mers du monde entier.

Il y a déjà 60 millions de déplacés dans le monde. Soit autant que la population française. Et leur nombre pourrait se multiplier : l’ONU annonce 250 millions de réfugiés climatiques à l’horizon 2050.

Les photographies se multiplient comme les réfugiés. J’en croise au quotidien en cherchant les images du jour de ce blougui qui ne peut pas parler chaque jour de ceux qui traversent la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh.

Comme je ne peux répondre à chaque appel à l’aide des organisations qui leur viennent en aide.

Pour donner un abri, de l’eau, de la nourriture, des soins à plus de 600.000 personnes qui en ont cruellement besoin.

En attendant que la vie leur redonne le sourire. Comme a tenté de le faire Rania al-Abdallah, la reine de Jordanie, qui a rendu visite lundi dernier au camp de Kutupalong, dans la région de Cox’s Bazar. Avec un succès modeste si l’on en croit les photos.

On espère que son appel à la communauté internationale pour débloquer des fonds pour les victimes de cette “épuration ethnique” connaîtront plus de réussite : le plan d’urgence internationale de 434 millions de dollars n’est actuellement financé qu’à hauteur de 26% seulement.

Le retour du sourire sur les visages de Rohingyas retournant à une vie normale n’est pas pour demain. Comme la fin de la violence des bouddhistes birmans.

En attendant, j’ai juste voulu offrir, en pensée aux trois visages tristes parmi des milliers, quelques fleurs cueillies un peu plus au nord au Bangladesh. Des fleurs de nénuphar. Dérisoires. Indispensables. Comme le pain,  comme le sourire.

Des fleurs pour vous aussi.

(Photos : Adnan Abidi, Hannah McKay, Zohra Bensemra, Jordanian Royal Court, Azim Khan Ronnie)

Cette chanson de Mariane Alzi est déjà passée ici, il y a deux ans tout juste.

En attendant l’année prochaine et que sorte le deuxième album de la jeune et talentueuse Corse, elle reste belle et d’une actualité multiple.

Des roses, des fleurs, jetées dans le vent, dans le temps…

Avec le sourire à travers les larmes.