Silencieusement, je proteste

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9

“Jamais je ne voudrais faire partie d’un club qui accepterait de m’avoir pour membre.” Groucho Marx

C’est mon autre tendance marxiste : je ne m’associe pas facilement. Et je n’ai jamais demandé à rejoindre Mensa, dont je n’ai jamais apprécié l’esprit élististe.

Piotr Szczęsny en faisait partie.

Est-ce son intelligence trop fine et son hyper-sensibilité consécutive qui expliquent son geste ? Le 19 octobre dernier, ce chimiste polonais de 54 ans sans histoires s’est immolé devant le Palais de la culture de Varsovie, après avoir crié “Je proteste”. Il est mort dix jours plus tard à l’hôpital.

Au lendemain de sa morts, plusieurs centaines de personnes s’étaient réunies sur le lieu de son immolation. Je n’en avais rien su. Ce n’est qu’en voyant le millier de marcheurs silencieux qui ont bravé lundi 6 novembre au soir le froid de la nuit varsovienne, que j’ai appris ce décès.

Et ressenti tristesse, empathie et solidarité.

Avant de se donner la mort, Piotr Szczęsny avait distribué des tracts où il dénonçait la politique menée par le parti au pouvoir, Droit et Justice (PiS), qui “limite les droits civiques” et “viole les règles démocratiques”, et appelait ses compatriotes à changer ce pouvoir “avant qu’il ne détruise entièrement notre pays, avant qu’il ne nous prive complètement de liberté”.

“J’aime la liberté avant tout. C’est pour cela que j’ai décidé de m’immoler et j’espère que ma mort ébranlera les consciences”, avait-il enfin écrit.

Un millier de Varsoviens, un obscur blogueur français, à peine quelques articles dans de rares journaux. Les consciences ont juste un peu vacillé.

Mais comme les petites flammes dans la nui de Varsovie, elles résistent. Je ne m’immolerai pas, mais j’espère encore…

(Photos : Maciej Luczniewski, Kacper Pemp, Czarek Sokolowski)

En pensant à la Pologne et en cherchant la musique, j’ai repensé à Anna Prucnal et à sa propre sensibilité.

Voilà.

Une chanson d’il y a quelques années qui demeure d’actualité.

Histoire d’amour.