Une joie partagée

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32
Slide 33
Slide 34
Slide 35
Slide 36
Slide 37
Slide 38
Slide 39
Slide 40
Slide 41
Slide 42
Slide 43
Slide 44
Slide 45
Slide 46
Slide 47
Slide 48
Slide 49

“Il faut éviter de penser à ces difficultés que présente le monde quelquefois. Sans ça, il deviendrait tout à fait irrespirable.”
Hiroshima, mon amour, film d’Alain Resnais d’après le roman de Marguerite Duras

Je sais : j’ai déjà cité Duras et Resnais il y a deux jours. Mais comme la lectrice qui m’a laissé cette phrase en commentaire ajoutait qu’elle trouvait bien sa place dans ce blougui, je lui en redonne une…

Je sais que le regard que je porte sur le monde n’évite pas toujours les difficultés, mais je sais aussi reconnaître la joie quand elle se présente.

Et aussi la partager.

Aussi, je m’associe volontiers à la liesse du peuple zimbabwéen, qui fête depuis hier soir le départ d’un président libérateur devenu dictateur, qui dirigeait le pays depuis 37 ans.

A 93 ans, Mugabe cède donc sa place à Emmerson Mnangagwa à la tête de son pays. Et au président tunisien, Béji Caid Essebsi (91 ans), dans le palmarès des plus vieux dirigeants de la planète.

Et il ne pourra définitivement pas concourir pour le record de longévité régnante, toujours détenu par Bhumibol Adulyadej, le roi de Thaïlande décédé l’an passé après 70 ans de règne. La reine d’Angleterre reste donc seule en lice pour cette tentative (avec 65 ans, 9 mois et 14 jours sur le trône à l’heure où je publie ce billet).

Bref.

Je partage la joie des Zimbabwéens apprenant la démission de leur président.

Et je fêterais avec la même ferveur la démission du nôtre.

(Photos : Philimon Bulawayo, Siphiwe Sibeko, Marco Longari, Jekesai Njikizana, Ben Curtis, Felix Dlangamandla, Tsvangirayi Mukwazhi, Themba Hadebe)

Pisarema raNkosilathi, l’album du musicien zimbabwéen Nkosilathi Emmanuel Moyo, rencontre paraît-il un grand succès sur le web depuis la crise de régime dans son pays, qu’il a dû fuir l’an passé après quelques menaces de mort à son encontre pour s’être moqué du président aujourd’hui déchu.

Le 17 novembre dernier, Nkosilathi Emmanuel Moyo a remis en ligne une nouvelle chanson où il appelle à une révolte pacifique. La vidéo a été vue à cette heure … 132 fois sur youtube. Les Zimbabwéens doivent regarder ailleurs !