Différence et indifférence

Slide 1

“Entre l’amour et l’amitié, Il n’y a qu’un lit de différence.” Henri Tachan

Je sais, j’ai parfois des associations d’idées étranges.

Mais en parcourant ce matin la lettre d’information du Figaro, j’ai été interpelé par deux titres qui s’y succédaient. Je vous les recopie, guillemets compris :

Le Yémen face à la «pire crise humanitaire de la planète»

Macron qualifie de «crimes contre l’Humanité» les faits d’esclavage en Libye

J’ai été frappé par cette petite différence du “s” de crise au “m” de crimes… Me demandant à partir de quel moment la famine et les épidémies qui touchent 10 millions de Yéménites deviendraient insupportables au point qu’on puisse parler de “crime contre l’Humanité”.

Crime commis par une coalition menée par l’Arabie saoudite. Que le gouvernement de M. Macron considère encore comme un bon client.

*

Pour mettre un peu de lumière dans mes pensées bien assombries, j’ai choisi d’illustrer ce billet non pas avec une des dizaines d »images d’enfants affamés qui nous parviennent du Yémen, mais avec une photographie du sourire d’un enfant yéménite. Elle illustrait un article sur les inquiétudes exprimées par l’ONU sur l’impact du conflit sur les enfants yéménites. Il y a déjà plus d’un an déjà…

(Photo : Hani Mohammed)

Une chanson douce par une artiste un peu oubliée, elle aussi. Comme le Yémen et Henri Tachan.

Isabelle Mayereau : Différence