Comprendre le monde

Slide 1
Slide 2

“Il ne faut pas se moquer des gens avant d’avoir pris leur argent”, dit (paraît-il) un proverbe franc-comtois dont j’ignorais l’existence jusqu’à la rédaction de ce billet.

Je me suis naguère gentiment moqué ici ou , de ces manifestants espagnols ou allemands brandissant des pancartes rédigées en anglais.

Aujourd’hui, je moque de moi qui ne sait pas déchiffrer les revendications exprimées en arabe.

À force de recherches, j’ai réussi à trouver la légende qui accompagne ces images. Mais pas à traduire les mots.

Je ne peux donc traduire que la colère de ces femmes et de ces enfants de Gaza (où sont les hommes?) qui réclament la reconstruction de leurs maisons détruites lors de la dernière opération de bombardements de l’aviation israélienne.

Il y a trois ans. Déjà !

Une manifestation qui s’est déroulée la semaine passée, dans une indifférence générale. Notamment des journaux de mon pays.

Tellement occupés ailleurs.

Après tout il y a autant de mal logés en France qu’à Gaza. Et quitte à s’intéresser à la reconstruction d’un pays, autant penser à celle de la Syrie, qui aiguise déjà les appétits alors que la guerre n’est pas finie.

Ce sera plus lucratif. Et ça ne risque pas de fâcher Israël.

Souhaitons quand même aux Gazaouis de retrouver un toit, la paix, et une réconciliation durable avec tout le Palestine. déjà tellement morcelée.

(Photo : DR)

Pour mettre un peu de couleurs dans un week-end plutôt gris, je suis allé voir hier soir Rêves en rose, un film tchèque tourné de 1977 ressorti cette année. Et qui, en 40 ans, a pris moins de rides que moi…

Le film raconte, comme dans un rêve vraiment, la rencontre entre Jakub le facteur gadjo et la belle gitane Jolanka, incarnée par Iva Bittová. Dont j’ai appris ensuite qu’elle était aussi – surtout – compositrice, violoniste et chanteuse.

Une découverte que je partage volontiers avec vous. Même si je ne comprends pas non plus le tchèque, c’est beau.

Si Ne nehledej se traduit par Ne cherche pas, j’ai quand même cherché et trouvé tout un concert relativement récente de l’hyper talentueuse Iva Bittová. Pour ceux qui – comme moi – voudraient encore savourer sans modération :