Laissez moi rêver !

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26

“La sagesse, ce n’est pas d’être pessimiste ou optimiste, mais d’observer, de savoir quelles sont nos valeurs et de ne rien concéder.”
Salman Rushdie , interview à L’Express, 22 juillet 2015

*

J’étais bien content de trouver cette citation de Salman Rushdie pour introduire le billet du jour, qui me permet de réfuter les accusations de pessimisme qui pèsent si souvent (trop peu en fait) sur ce blougui.

Et dire que je ne suis qu’un rêveur, comme dans la chanson (je vous laisse choisir laquelle), et que le réel vient trop souvent réveiller. Tristement.

Aussi, quand la réalité m’offre du rêve, je bondis, je saute et je partage.

Même si…

Dimanche dernier, grâce à l’association Border Network for Human Rights quelques dizaines de familles mexicaines ont pu se retrouver le long de la frontière avec les États-Unis, échanger quelques mots, quelques sourires, quelques silences, quelques gestes. Un moment infime, rendu possible par le relâchement complice des gardes-frontières.

Un moment suspendu.

Au cours duquel Kathya a pu revoir sa grand mère 6 ans après leur dernière rencontre, Maria a retrouvé sa sœur après 7 années de séparation, Jesus a fait la connaissance de son père qu’il n’avait jamais vu depuis sa naissance, il y a 14 ans…

Et d’autres histoires infimes et tellement importantes.

L’événement s’appelle Keep our dream alive. En référence au rêve des 800.000 jeunes immigrés clandestins que veut briser Donald Trump.

Cet amoureux des murs.

Le rêve de dimanche n’a duré qu’une matinée. Et les ballons lancées au ciel en signe d’espoir ont sans doute éclaté depuis. Mais quelque chose demeure.

D’infime et de réel.

Au delà du rêve

En plus de leur combat pour maintenir le rêve éveillé, les militants de Border Network for Human Rights ont un autre mot d’ordre : “Hugs not Wall”…

Qui pourrait tellement parcourir cette planète où trop de murs s’érigent.

(Photos : Gaby Velasquez, Herika Martinez)

Une musique énergique pour accompagner le rêve et secouer les murs. Un titre du groupe de métal allemand Masterplan : Keep Your Dream Alive