La grandeur de la France !

,

Slide 1

Les temps passent et je change.
Les temps changent et je finirai par passer…
Auto-citation

*

J’ai complètement oublié de fêter les 10 ans d’abcdetc, dont je ne connais même pas précisément la date de naissance.

J’ai retrouvé (ici) le billet le plus ancien disponible dans les archives, daté du 19 novembre 2007, mais je ne suis même plus sûr que c’était le premier. Quoi qu’il en soit, j’ai oublié et la date et de la célébrer.

Je n’ai pas oublié par contre pourquoi ce blougui, d’actualité hexagonale à ses débuts, en est venu à dépasser les frontières pour échapper à un certain étouffement sarkozyste.

Impression d’étouffement qui revient en force en ce moment, dans lequel notre “nouveau” président me fait de plus en plus penser à cet ex.

Qui se souvient du Grenelle de l’environnement (fin 2007 également), de ses effets d’annonce et du peu de mesures concrètes qui l’ont suivi ?

Eh bien, 10 ans après, sans craindre les accusations de plagiat, le successeur du successeur de Sarkozy remet ça. En version plus moderne bien sûr, tellement plus “hype” comme l’écrivent mes confrères plus branchés que moi… Mais en version … originale, puisque la sauterie de Paris s’est déroulée sous le titre One planet summit.

On me fera remarquer que cet intitulé découlait de la réponse de nore président à celui des États-Unis et de sa promesse d’alors de “make our planet great again”. N’empêche que venant d’un type qui nous a fait le coup (après tant d’autres) de la grandeur de la France, c’est un peu misérable (comme aurait dit mon prof de français) de rabaisser ainsi sa langue.

Et de ne même pas mettre une toute petite traduction en note de bas de page (ici comme ) comme sur n’importe quelle publicité !

Pour nous consoler de cet abandon linguistique, le sous-titre du site du “Sommet de la planète unique” est en français. Mais je ne sais pas pourquoi “La finance publique et privée au service de l’action climat” ne m’a pas rassuré. Il n’y a tellement plus d’argent dans la finance publique que ne veulent pas renflouer les financiers privés. Leur premier geste pour la planète pourrait être de payer leurs impôts.

*

J’ai déjà craqué de la ligne éditoriale de ce blougui en revenant en France. Mais en VO et pour un événement planétaire, hein ! Mais je n’allais pas gâcher la mosaïque d’accueil avec le sourire de Macron. Alors je vous mets la photo ici :

Quant à l’illustration du jour, elle témoigne que la grandeur de la France est réellement relative.

(Illustration : Romolo Tavani – Photo : Philippe Wojazer)

Pour redonner sa grandeur à la planète, on pourrait commencer par la musique.

Je m’interroge régulièrement sur les choix musicaux de mes confrères d’Un jour dans le monde, sur France-Inter, focalisés sur les artistes anglo-saxons. Tropisme linguistique encore ? Et le récent décès d’un chanteur belge nous a rappelé que notre francophonie musicale va moins volontiers vers l’Afrique.

Bref.

C’est en cherchant “world music” (oui, en anglais je sais) dans l’actualité du moment, que j’ai appris le décès de Charles Duvelle le 29 novembre dernier.

Et l’existence de cet ethno-musicien qui a pourtant plus fait pour les musiques du monde que Johnny pour les ventes de Harley…

Alors, excuses et hommage…