La mort, toujours

Slide 1
Slide 2

“Loin des yeux, loin du cœur…”
Maxime populaire

La Chine pour cause de voyage présidentiel, les deux Corées dans l’attente des prochains Jeux olympiques, les États-Unis par tropisme “naturel”, l’Allemagne en grève (un peu), la Tunisie qui conteste (à la marge)… Les différentes lettres d’information qui sont arrivées ce matin dans ma boîte mail ne parlent par de la Syrie.

plus de 20 personnes sont encore mortes hier près de Damas sous les bombes du régime et de son allié russe. Dont plusieurs enfants.

L’enfant des photos du jour, évacué par un secouriste syrien, semble n’être que blessé. Il y avait au moins deux photographes pour “immortaliser” son évacuation des ruines. Abdulmonam Eassa, photographe pour l’AFP, a même photographié deux de ses confrères, comme on le voit sur le cliché ci-dessous.

La question est vaine, mais combien de regards faut-il, combien de morts, de vies et de corps brisés, pour qu’une information parvienne jusqu’à nous ?

Mais mourir sous les bombes en Syrie est tellement banal… Depuis 2011, 340.000 personnes y ont perdu la vie.

(photos : Bassam Khabieh, Abdulmonam Eassa)

La musique du jour vient de Syrie également. Mais plus à l’ouest du pays, du plateau du Golan, occupé puis annexé – illégalement – par Israël depuis 1981. Et dont les habitants n’ont droit ni à une nationalité ni à des papiers d’identité. Juste un Laissez Passer. C’est le titre que les musiciens de TootArd ont choisi pour leur nouvel album.