Encore ! Toujours ?

, , ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3

“L’homme qui se répète n’a pas d’imagination…”

Je n’ose plus attribuer à Confucius cette citation que visiblement abcdetc est seul à utiliser. Mais je n’en ai pas trouvé d’autre pour introduire ce “nouveau” billet.

Car, même si l’une des rares règles de la sinueuse ligne éditoriale de ce blougui tente de parcourir chaque jour un pays différent, je n’ai pu me détacher de la première image, en provenance de Syrie. Comme hier. Et qui raconte la même tragédie, d’un peuple bombardé par son tyran. Et du massacre des innocents, comme Amir, mort dans les attaques aériennes sur Saqba. Et de ses parents en deuil…

J’aurais voulu parler d’autre chose. Croire que le monde avait changé en changeant d’année. Même si je n’y crois plus vraiment.

Parler de quoi ?

Des réfugiés qui tentent de fuir la Libye et qui sont secourus par les garde-côtes et vont retourner vers l’enfer, comme cette femme photographiée à Garabulli, à l’est de Tripoli ? D’autres réfugiés, devenus apatrides, et qui attendent sans trop savoir ce qu’ils peuvent vraiment attendre, comme cet enfant rohingya dans le camp de Kutupalong près de Cox’s Bazar ?

Parler d’un monde qui tourne en rond. Qui tourne mal…

Essayer de voir et de parler d’autre chose ? Pour éviter la répétition, la folie contagieuse ?

Je manque d’imagination. Et de tant d’autres choses.

Je pourrais parler banalement de la pluie et du beau temps. Mais…

Il a encore neigé sur le Sahara. Pour la quatrième fois en 37 ans. Et pour la première fois depuis… l’an passé.

Comme une nouvelle habitude qui, malgré les croyances imbéciles du président étasunien, n’augure pas d’un monde vraiment meilleur.

Alors ?

Espérer quand même et, pour citer – encore une fois mais pour de vrai – Confucius :

“Se préparer au pire. Espérer le meilleur. Prendre ce qui vient.”

(Photos : Hamza Al-Ajweh, Hani Amara, Tyrone Siu, Zineddine Hashas)

Si l’espoir aide à vivre, il inspire aussi de belles musiques.

Anarouz (L’Espoir), c’est le titre de ce morceau, extrait du dernier disque de 3MA, la réunion de trois virtuoses africains d’instruments à corde : le Malien Ballaké Sissoko à la kora, le Malgache Rajery à la valiha et le Marocain Driss El Maloumi à l’oud.

Simple et beau comme…