À la turque

Slide 1

“[…] tout ce que vous direz pourra être et sera utilisé contre vous […]”
Extrait de l’avertissement Miranda (voir ici) rendu célèbre par le cinéma policier étasunien

*

La citation du jour m’est venue en écrivant de billet du mardi 6 février tout en écoutant l’émission “Du grain à moudre” du mercredi 7 (encore un peu en balade temporelle) qui se posait la question : “L’actu est-elle soumise aux réseaux sociaux?”, suite à la polémique autour de Mennel Ibtissem, jeune candidate de télécrochet qui a posté en juillet 2016, après l’attentat de Nice : “les vrais terroristes, c’est notre gouvernement”.

Et vas y que ça buzze et que ça dénonce. Et que les “journalistes” invités à l’antenne sont en train de défendre les robinets sociaux comme des sources d’information.

Et que vive l’investigation !

Au-delà de ce commentaire sur une certaine conception du métier de journaliste (plus conne ou pas que les envoyés “spéciaux” des chaînes d’info en continu sur les routes enneigées juste après les routes inondées et avant les routes ensoleillées ?), je me sens à la fois bien loin de l’addiction aux réseaux dits sociaux (asocial ?) en même temps que pas totalement à l’abri.

Car, même si je n’ai aucune intention de participer à quelque concours de chant que ce soit, je ne suis pas sûr que personne ne puisse trouver, parmi les 2960 articles publiés par mes soins, une ou deux phrases (ou plus) qui pourraient me faire passer pour un salopard, selon les critères définis par ceux qui se livreraient à ce travail archéologique.

Et quand je mets l’adresse de ce blougui sur mon CV, je ne suis pas sûr non plus que cela soit favorable à mon embauche par des biens pensants. Pour lesquels je ne suis pas sûr (ter) d’avoir envie de travailler.

Bref.

abcdetc s’épargne encore de succomber à la mode des réseaux sociaux, restant sur le format ringard (mais tellement branché il y a 15 ans) du blog. Mais vous avez ci-dessous à votre disposition des boutons de “partage” qui vous permettent de buzzer ici ou là ses infos.

Comme celle du jour ?

Où une photo prise au Haft Coffee Roastery de Yalova, en Turquie, témoigne – une nouvelle fois – que la modernité de ce monde le dispute à sa bêtise !

Ce café propose en effet à ses consommateurs de déguster leur boisson (chaude ou froide) à l’intérieur … d’une cellule avec même l’uniforme qui va bien !

Dans un pays où plus de 40.000 personnes ont été emprisonnées suite au coup d’État avorté du 15-16 juillet 2016 (sans rapport avec l’attentat de Nice évoqué plus haut) et où la mise en détention fonctionne encore à plein “régime” contre les journalistes et autres “opposants”, cette mise en scène à la turque m’a parue nettement moins savoureuse que le café du même nom.

Mais il est vrai que la modernité me déserte chaque jour un peu plus…

(Photo : Erdem Sahin)

Nem Kaldı (Qu’est ce que j’ai laissé ?)

C’est la question que pose cette chanson traditionnelle d’Aşık Mahzuni Şerif, reprise ici par la jeune Germano-Turque Derya Yıldırım (à ne pas confondre avec une autre participante récente de The Voice) accompagnée du Grup Şimşek.

Je vous laisse choisir votre réponse.