Une neige qui recouvre tout !

Slide 1

“Tous les jours, à tous points de vue le monde va de mieux en mieux…”
D’après Émile Coué

*

Ce mercredi midi (ça y est, j’ai rattrapé mon décalage temporel…), j’ai déjeuné d’un délicieux plat du jour au café du coin (Le Spürk) en compagnie du Canard enchaîné, comme chaque semaine, et de … BFM tv.

Et j’ai cru pendant une demi-heure “d’informations” en continu, en boucle et en radotage, que la guerre était finie en Syrie, au Yémen, en Afghanistan et ailleurs. Que le marcheur qui nous fait marcher avait soudain ramené le chômage à zéro à l’occasion de son séjour en Corse, que l’ancien maire de la grande ville d’à côté  devenu ministre de l’Intérieur avait donné un toit à tous les SDF (sauf ceux qui choisissent de rester dehors bien sûr) et des papiers à tous les réfugiés, que les traders du monde entier et les délinquants fiscaux qui les font vivre avaient décidé de partager leurs profits et de payer des impôts  pour embaucher plus d’infirmières pour les vieux, plus de professeurs pour les jeunes et quelques animateurs de la bonne humeur pour tous les autres… Bref, que le monde allait bien puisque les “journalistes” n’avaient plus que la météo à nous raconter.

Et puis, en parcourant les images du monde, j’ai trouvé cette photo, d’un homme évacué des gravats après un bombardement par l’aviation syrienne de la ville de Zamalka, près de Damas, lors duquel plus de 30 personnes ont perdu la vie.

Sans peut être n’avoir jamais vu la neige ?

(Photo : Kahled Al Adil)

Je sais que mes mots sont des piou-piou dans le désert. Que mes indignations sont sans écho à peine. Que mes colères ne changent pas le monde. Que ma sensibilité n’ajoute ni ne retranche rien à l’étrange marche humaine.

Ou si peu.

Mais je fais ce que je peux. À ma manière…

Alors, j’ai eu à la fois envie d’écouter Dalida et Rokia Traoré. Et c’était possible grâce à Ibrahim Maalouf.