Denier du culte

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12

“Pour avoir la foi, il faut être charbonnier.
Pour être mal chaussé, il faut être cordonnier.
Pour séduire la foule, faut chanter la pêche aux moules.
Et pour pas payer d’impôts, il faut naître à Monaco !”
Joe Dassin, Il faut naître à Monaco

*

Monaco ou Jérusalem ?

J’ai déjà exprimé ici – à plusieurs reprises – mes doutes concernant la présence divine.

Je suis encore plus dubitatif à propos de la foi (de charbonnier ou pas) de pas mal de prêtres et autres officiers de divers cultes.

L’église du Saint-Sépulcre, bâtie sur le supposé tombeau du Christ à Jérusalem, a fermé ses portes dimanche dernier. Un comble ! Et elle est restée depuis inaccessible aux nombreux fidèles et autres pèlerins.

Une décision prise par les différentes “autorités” religieuses (grecque orthodoxe, arménienne et catholique) qui se partagent ce lieu, pour protester contre la décision de leur faire payer des impôts. Et même pas sur le tourisme de masse qui envahit ce lieu de “culte” et d’idolâtrie, mais sur les revenus des centaines (887 exactement) de propriétés de l’église dans la ville sainte. Les arriérés d’impôts impayés sur les loyers correspondants sont estimés à quelques 150 millions d’euros par la mairie de Jérusalem. Mais les “chefs” de l’église on fait valoir que cet argent sert à financer leurs œuvres sociales.

Quelle générosité !

Les entreprises du web (les fameux GAFA) qui rechignent eux aussi à payer leurs justes impôts pourraient s’inspirer de cet exemple. Certains ont d’ailleurs déjà pensé à transformer google en divinité et le plus riche des terriens, Bill Gates, nous fait régulièrement le coup de la générosité avec sa fondation.

Toujours est-il que la grève du Saint Sépulcre a fonctionné puisque le gouvernement israélien a annoncé hier la suspension de la collecte des taxes ainsi que de l’examen d’une proposition de loi permettant à l’état israélien de saisir les biens vendus par l’église aux investisseurs privés. Pour œuvrer davantage ?

Quoi qu’il en soit, 150 millions de plus ou de moins n’empêchent pas l’armée israélienne de faire son boulot, grâce entre autres à une aide généreuse de près de 4 milliards de $ par an de la part des États-Unis. Comme on le voit sur cette autre photographie, en provenance d’Hébron, où l’on ne laisse pas venir les petits enfants à un Dieu bien impuissant.

(Photos : Amir Cohen, Thomas Coex, Ammar Awad, Mussa Issa Qawasma, DR)

Le rapport entre l’info du jour et la musique est ténu, sauf à se souvenir que le siège de la multinationale chrétienne se trouve au cœur de l’Italie. Et la présence de l’enfant…

Bref.

Depuis dimanche, sans rapport avec la fermeture du Saint-Sépulcre, j’écoute cette chanson plusieurs fois par jour. Alors j’avais envie de vous en faire profiter. J’ai même trouvé ici une version française des paroles pour ceux qui pratiquent peu l’italien.

Vivere la vita d’Alessandro Mannarino. J’espère que vous aimerez.