En voix (sic) d’extinction

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

“Je pense que l’amour est la chose qui nous fait avancer le plus. Sans amour, on ne peut pas vivre.”
Walter Benjamin

*

J’ai entendu la citation du jour ce matin à la radio, à la fin de l’interview par Patricia Martin (ma quasi jumelle, ai-je appris récemment) de Walter Benjamin, auteur de J’ai vu la mort en face, écrit après les attentats de Bruxelles en mars 2016, où il a perdu une jambe. Mais pas l’envie de vivre…

C’était quelque temps après le journal de Bernadette Chamonaz, qui nous annonçait la chute vertigineuse du nombre de tigres sur notre planète. En un siècle, leur nombre est passé de plus de 100.000 individus à … 3800 !

Aucun rapport ?

Presque. Parce qu’en cherchant des informations sur ou des images de ces pauvres félins (qu’on mettait dans les moteurs quand j’étais gosse), le premier article qui est apparu (dans le moteur… de recherche) concernait les tigres … de l’Amour. La population la plus importante de l’espèce, puisqu’on en dénombre aujourd’hui 540. Ce qui est peu, je l’admets. Mais énorme au vu de leur nombre en 1940 : une quarantaine !

Bref. Il nous reste de l’espoir. Et abcdetc est fier de s’associer à la Journée mondiale de la vie sauvage de ce 3 mars (entre la Journée des maladies rares et celle du droit des femmes !) et à la prise de conscience de la nécessité de protéger les espèces sauvages menacées.

Comme l’amour. Ou la vie…

NB : Les tigres de Sibérie en plein accouplement proposées en illustration ont été – malheureusement – photographiés en captivité, au Parc des Félins de Paris… en Seine-et-Marne.

(Photos : Éric Simon)

Sans transition et sans – je l’espère – besoin de trop d’explications…

Eye of the Tiger, par :

  1. Survivor, pour la VO
  2. Dragonslayer, pour une reprise “classique”
  3. The London Symphony Orchestra, pour une interprétation classique
  4. The CaPeRs, pour la touche féminine
  5. Sylvie Vartan, pour la touche féminine, française et kitsch…
  6. Chiara Mastroianni, dans un extrait de Persepolis, de Marjane Satrapi. Pour le clin d’œil…