Si j’avais les ailes d’un ange

Slide 1
Slide 2
Slide 3

Sensible à la misère du monde, aux injustices qui le traversent et à la folie d’une époque (entre autres), abcdetc essaye aussi d’ouvrir les yeux sur la beauté qui l’entoure et sur quelques événements plus souriants.

*

Je dois d’ailleurs avouer que, lorsque j’ouvre les yeux au sens propre le matin au petit déjeuner, en parcourant les lettres d’informations matinales tout en mangeant mes tartines, je clique volontiers sur les titres sportifs, les faits divers et autres informations insolites.

C’est ainsi qu’hier matin*, parmi les nouvelles sur le jeune Australien devenu paraplégique après avoir mangé une limace à la suite d’un pari (stupide), les nouvelles révélations (passionnantes) sur la mort d’Adolf Hitler, la nouvelle théorie (complotiste) sur la neige en plastique, le cinquième enfant d’Hugh Grant (à 57 ans, ce qui a peut être un rapport avec le fait qu’il se sent – comme beaucoup – plus jeune que son âge), la vente aux enchères de l’ancien hôpital de Vesoul (que je n’ai pas vu depuis longtemps), et mon (presque) sans fautes au test de français sur les genres des mots

… j’ai appris que je pouvais envoyer (gratuitement) mon nom sur le soleil !

Bon, sans hurler à la fausse nouvelle (fake new en français d’aujourd’hui), le titre de mes confrères de franceinfo: (la télé) est un peu exagéré, puisque la sonde Parker Solar Probe, qui doit être lancée cet été par la Nasa, ne s’approchera de notre astre diurne qu’à 6,2 millions de kilomètres, pour ne pas être entièrement consumée par la température de 2500 °F (soit 1377 °C et non quinze millions comme l’écrivent mes confrères…). N’empêche qu’il est réellement possible de faire partie des 800.000 terriens qui feront le voyage dans la carte mémoire embarquée dans la sonde.

Totalement inutile et un peu mégalomane, mais totalement gratuit, donc tentant, non ? En tout cas, j’ai cliqué et enregistré mon nom et même celui d’un deuxième passager.

Pour faire comme nous, c’est par ici. Vous avez jusqu’au 27 avril. À moins que plus de 799.998 autres soient déjà passés par là.

Bon dimanche.*

* Oui, en effet, encore un billet du week-end qui a dérapé du samedi au dimanche. À croire (à tort) que sous influence villeurbannaise et sa nombreuse communauté juive, j’en suis venu à respecter le shabbat

(Photos : Nasa)

À priori, quand dans 6 ans quand mon nom arrivera là haut, le soleil sera encore là, puisqu’il lui resterait 5 milliards d’années à vivre… Environ, bien sûr !

Sa mort ne peut donc être – pour le moment – que métaphorique. Je ne suis pas très doué en métaphores, mais ce n’est pas moi qui chante (ni le vin que j’ai bu…)

Il est mort le soleil, par :

  1. Nicoletta bien sûr, sa créatrice
  2. Ray Charles, et son adaptation, avec The sun die, de la chanson de celle qu’il admirait lui aussi
  3. Jean-Luc Lahaye, surpris de se retrouver en si noble compagnie
  4. Piero Battery pour retrouver un peu de puissance dans la voix
  5. Vigon Bamy Jay et une adaptation plutôt réussie de la version anglaise
  6. Nolwenn Leroy en duo avec Nicoletta, toujours un ton au dessus !