Une page de publicité

,

Slide 1

Et si les guerres s’étaient arrêtées naguère…

*

La guerre continue. En Syrie, après avoir combattu contre Daech, les forces kurdes ont été laissées face aux armées turques, dans une opération sinistrement baptisée “rameau d’olivier”, accompagnée du silence assourdissant de l’occident

Et Afrin est tombée. Enfin, ce qu’il reste de la ville. Et, parmi ces restes, j’ai tellement été surpris de voir se dresser, presque intact, un panneau publicitaire.

Comme un symbole cynique de l’essentiel du commerce, de la promotion, de la communication, de la consommation, par rapport à … l’humain.

Je n’ai pas développé. Désolé, à tous les sens du terme.

(Photo : Khalil Ashawi)

Il fut un temps où nos parents pouvaient dire qu’ils ne savaient pas. Et les massacres et les génocides se déroulaient dans l’ignorance.

Et aujourd’hui que nous savons, que les images nous inondent, nous ne savons pas… quoi faire !

Pleurer pour la paix. Comme la jeune toute jeune musicienne indo-anglaise Chandrika Darbari, alias Rika.

Pour continuer à pouvoir dire… ?