L’envol

Slide 1

« –Alors tu t’es bien amusée ?
–Comme ça.
–T’as vu le métro ?
–Non.
–Alors, qu’est-ce que t’as fait ?
–J’ai vieilli. »
Zazie dans le métro, Raymond Queneau

*

Je n’ai pas vu le métro, mais la mer. Je me suis amusé aussi comme ça. Et j’ai aussi vieilli.

A l’heure qu’il est, je suis sur la route du retour vers le quotidien duquel je me suis abstrait pour quelques jours. Je ne suis pas sûr que le monde aille mieux. Moi, un peu. En à peine plus vieux.

J’étais persuadé avoir déjà utilisé cette citation, la dernière phrase du roman de Raymond Queneau et aussi du film de Louis Malle. Mais je n’avais fait que l’évoquer, il y a un an et quelques, dans un article titré « Envie d’ailleurs », dans lequel j’évoquais l’idée de départ, sans être bien certain d’avoir une destination ni si le départ serait une réelle solution.

Au moment du retour, aujourd’hui, la sensation est la même (la mienne avais-je écrit par je ne sais quel lapsus inconscient…)

Et puis, on peut tellement se tromper de route : la mouette du jour n’est pas du bord de mer, mais du rivage du lac Saint-Point, dans le Doubs. D’où je suis parti en exil, jadis…

(Photo : Serge Viennet)

J’ai aussi pris un coup de vieux en entendant hier la nouvelle de la mort de Jacques Higelin. Si je m’étais un peu éloigné de ses productions récentes, ses concerts interminables, au Pavillon Baltard de Nogent puis à Mogador, ont rythmé – un peu – mon adolescence.

Depuis hier, vous avez entendu plein de chansons sur les ondes et je ne vais pas en rajouter, ni imposer un choix subjectif.

Mais j’ai retrouvé ce reportage, réalisé en 1980 par Gérard Holtz et présenté par Léon Zitrone. Et j’ai repris un coup de vieux !