Cultiver le bonheur

,

Slide 1
Slide 2

“Aujourd’hui c’est la Toussaint, c’est la fête de tout l’essaim et j’en profite pour dire bonjour aux abeilles.”
Coluche

*

La citation du jour est un peu limite, mais bon. Et je sais que ce n’est pas la Toussaint mais Yom Haʿatzmaout, ce qui n’a pas grand chose à voir.

Jour d’indépendance en Israël, donc. Avec une première image en provenance de Tel Aviv. Et une première silhouette au bras levé pour brandir un drapeau national.

Et ce sera bientôt la Nakba ou jour de la catastrophe qui sera “célébrée” en Palestine, d’où vient la seconde image. De Gaza, tout près de cette frontière meurtrière durant les dernières semaines et toutes ces trop longues années.

Mais je ne voudrais pas ternir la joie des uns par la peine des autres. Alors, j’ai aimé cette photo d’une autre silhouette sans drapeau. Celle d’un d’apiculteur qui enfume ses abeilles avant d’aller récolter leur miel.

N’y voyez aucune allusion à un quelconque enfumage d’une politique fumeuse.

S’il y a un message subliminal, il est ailleurs, entre le miel, les abeilles et les bourdonnements que je ne sais parfois pas voir. Et dans ce jeu de mots, finalement pas plus nul que la blague de Coluche, sur ce cultivateur du bonheur en franglish d’aujourd’hui.

J’ai failli devenir apiculteur jadis. Mais je peux continuer à (tenter de) cultiver le bonheur.

Et j’adresse toutes mes salutations souriantes aux abeilles…

Et d’autres pensées aux Palestiniens.

(Photos : Oded Balilty, Suhaib Salem)

Et pour commencer ? Pour poursuivre…

Il vient d’Albanie et elle des Pouilles en Italie. La rencontre du violoncelle de Redi Hasa et de la voix de Maria Mazzotta nous offre quelques 4 minutes de bonheur.