La caravane est passée,
le canard aboie toujours

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3

“Les chiens aboient, la caravane passe.”
Proverbe arabe

*

Ils étaient environ 1200 quand ils sont partis le 25 mars de Tapachula, à la frontière entre le Mexique et le Guatemala, venant du Honduras, du Salvador, du Nicaragua… Sous la protection de l’ONG Peuple Sans Frontières, qui organise ce type de caravane depuis 2010, pour attirer l’attention sur les dangers qui guettent les migrants qui traversent le Mexique : enlèvements ou meurtres par les cartels de la drogue ou racket par les autorités locales.

Depuis plus d’un mois, je vois régulièrement leurs images traverser les galeries de mes confrères à mesure qu’avançait leur traversé du Mexique. Et dimanche, ils sont arrivés à la frontière avec les États-Unis où ils ont l’intention de demander l’asile.

Ils risquent d’abord de séjourner en centres de rétention et, malgré leur espoir (“Je sais que Dieu va toucher son cœur”, a déclaré l’une des voyageuses…), le président étasunien à prénom de canard, mais qui éructe souvent comme un chien, n’est pas près de les accueillir à bras ouverts. En avril, il envoyait même la garde nationale à la frontière, encore pas assez emmurée, pour stopper cette “avalanche de migrants”.

Pas sûr que Donald Trump apprécie ni le message sur le sweat du gamin ni sa grimace… Mais à abcdetc, on a bien aimé. Et je proposerais même volontiers une traduction en français, au lendemain de l’adoption de la loi “asile et immigration” dont je ne suis pas le seul à déplorer le caractère dangereux et inutile”.

(Photos : Edgard Garrido, Sandy Huffaker)

Ils ne sont pas vraiment Mexicains, mais viennent de l’Arizona. Mais ne chipotons pas : dansons !

Orkesta Mendoza, Caramelos, extrait de leur album Vamos A Guarachar !