À bout de souffle

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4

“Un temps viendra où malgré toutes les douleurs nous serons légers, joyeux et véridiques.”
Albert Camus (cité ici aussi…)

*

À propos de vérité, je sais bien que l’affiche du 71e Festival de Cannes (moins retouchée que la précédente avec Claudia Cardinale) reproduit une image tirée de Pierrot le Fou et non de À bout de souffle. Mais si j’ai choisi ce film-là en titre plutôt que celui-ci, c’est que j’ai pensé à certain essoufflement.

Ce 8 mai est une journée chargée. Où l’on “célèbre” la fin de la Seconde guerre Mondiale il y a 73 ans ainsi que la libération d’Orléans par Jeanne d’Arc il y a 589 ans (et quelques autres événements intermédiaires). Et où s’ouvre donc le 71e Festival de Cannes.

Journée tranquille, en même temps, puisque encore chômée. Mais il n’est pas sûr que la commémoration de l’armistice de 1945 devienne centenaire comme son ancêtre de 1918.

Avec la destruction en cours d’achèvement des héritages du Programme national de la Résistance (PNR, titré aussi Les Jours heureux), il n’est pas sûr qu’il faille titiller la mémoire des Français en leur rappelant l’aspiration à une presse libérée des puissances de l’argent, la mise en place d’une économie débarrassée des obsessions de profit, la nationalisation des services publics comme des banques, la création d’une sécurité sociale aux mains des travailleurs…

Il m’arrive, par provocation et évocation de ces Jours heureux, de glisser qu’il nous faudrait une bonne guerre. Mais je sais qu’il n’existe pas de bonne guerre. Alors, je continue de croire et d’espérer… dans la légèreté, la joie et la vérité.

Je sais… La foi, l’espoir et le rêve sont un peu entremêlés.

Il nous reste les salles de cinéma pour y goûter

(Photos : Éric Gaillard, DR ou Raoul Coutard)

La rubrique souvenirs, encore.

Pour un signe d’au revoir à Maurane, “retrouvée morte” hier soir chez elle, à Bruxelles. Si jeune, un an à peine de plus que moi… Elle s’apprêtait à retourner sur scène et en studio, avec quelques reprises de Brel.

20 ans d’amour ? On peut aussi espérer, croire et rêver…