Dieu est à la mode

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21

“La mère sup’ m’a vu venir
Dieu avait mis un kilt
Y a dû y avoir des fuites
Vertige de l’amour…”
Alain Bashung, paroles de Boris Bergman

*

Je sais que j’ai déjà cité Vertige de l’amour il y a trois jours, mais ces paroles me semblaient encore de circonstances en cette journée d’Ascension, d’inspiration religieuse, où je me demandais comment éviter les sujets de l’escalade guerrière entre Israël et l’Iran ou de “jusqu’où s’arrêtera-t-il ?” avec le sacre de Macron par le prix Charlemagne.

Et en rapport aussi avec les images du jour. Dont j’ai trouvé la première dans la galerie quotidienne d’un confrère puis des dizaines d’autres tellement partout sur le web. Des photos de belles en belles robes, défilant lors du gala annuel du MET.

J’ai appris à cette occasion que le Metropolitan Museum of Art de New York possédait un département dédié aux vêtements, costumes et autres fringues. À la mode quoi. Et que cette “fête de l’année” ou ces “Oscars de la côte est”, dixit mes confrères du NY Times, qui se tient le premier lundi du mois de mai, est l’occasion de financer son fonctionnement, avec des tickets à 30.000 $ et des tables à partir de 275.000 $. Sans compter le prix des robes !

Le genre de trucs où je ne mettrai jamais les pieds. Sans vraiment le regretter.

Mais quel rapport, vous demandez-vous peut être, entre ce grand étalage de richesses et Dieu ?

C’est que cette année le défilé était placé sous le signe de la religion, à l’occasion de l’exposition Heavenly bodies: Fashion and the catholic imagination (Corps célestes : Mode et imagerie catholique) qui se tient jusqu’en octobre.

Voilà pourquoi, en ce jour de l’Ascension 2018, les lecteurs d’abcdetc ont droit à une partie du défilé “religieux” de lundi (dont vous pouvez voir plein d’autres images toujours chez mes confrères new-yorkais ou ailleurs…)

J’ai mis les noms des participantes sur les photos, parce que je ne reconnaissais pas tout le monde. J’avoue même que je connaissais pas la moitié des “stars” en présence. Mais Dieu lui même me demeure largement inconnu.

Même si on prétend que lui reconnaîtra les siens. Et les siennes dans le défilé ?

(Photos : Eduardo Munoz, Brendan McDermid, Carlo Allegri, Jamie McCarthy, Angela Weiss, Dia Dipasupil, Damon Winter)

Je ne suis pas complètement synchro. Pas seulement avec la religion, puisque la musique du jour aurait été mieux en rapport avec l’article d’hier (publié ce matin).

En effet le premier album de la jeune et talentueuse Hailey Tuck (qui n’est pas de New-York mais d’Austin, Texas) s’intitule Junk. Mais il n’y a rien à en jeter. Extrait.