Tous les droits ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5

“Il n’y a pas de bonheur sans révolte contre le vieux monde.”
Jenny Marx

*

Soyons honnête… Avant de trouver la citation du jour signée de l’épouse de Karl Marx, je ne savais pas grand chose d’elle. Et je n’ai lu de sa plume que quelques extraits de belles lettres d’amour où j’ai déniché cette phrase. C’est le titre originel de cet article – Femmes de tous pays – qui m’avait fait penser à elle. Et même après le changement de titre, j’ai gardé la belle phrase en exergue.

Bref.

Les femmes étaient de sortie ce dimanche, où elles étaient plusieurs milliers à commémorer le centenaire de l’obtention du droit de vote (soit une guerre avant les Françaises soit dit en passant…) Pour rendre hommage aux suffragettes qui se sont battues pour ce droit, plusieurs manifestantes arboraient des tenues très historiques m’offrant au passage une nouvelle bouffée nostalgique en pensant à Mary Poppins.

En Irlande du Nord, les manifestantes ont profite de cet anniversaire pour réclamer un autre droit : celui à l’avortement, qu’ont obtenu – enfin – leurs « concitoyennes” par référendum à la fin du mois dernier. Et dont elles restent les seules à être privées au Royaume-Uni.

Ce même dimanche en Irlande du Sud, les femmes ne manifestaient pas, mais elles se sont pourtant réunies sur la plage de Wiclow, sans uniforme et dans le plus simple appareil, répondant à l’appel de l’association d’aide aux enfants malades du cancer, Aoibheann’s Pink Tie, qui organise depuis six ans un rassemblement dénudé baptisé “strip and dip”. La première édition avait réuni 80 participantes et elles étaient exactement 2505 dimanche sur la plage, pulvérisant le record établi en 2015 par les Australiennes avec seulement 786 baigneuses…

On attend l’édition de l’an prochain pour savoir si les Irlandaises du Nord auront relevé le défi. Une bonne manière pour elles (peut être?) d’appuyer leurs revendications de libéralisation de leur pays ?

(Photos : Chris J Ratcliffe et Clodagh Kilcoyne
qui a réussi à couvrir les deux événements irlandais dans la même journée…)

J’avoue avoir perdu quelques repères dans la pop anglaise et m’être fait aider pour trouver la chanson du jour, l’une des toutes dernières de Lilly Allen, extraite de son album No Shame, à l’occasion de la sortie duquel elle a évoqué l’agression sexuelle dont elle a été victime… sans dénoncer son agresseur.

“Des choses me sont arrivées et il me serait difficile d’en parler parce qu’elles sont liées à des gens avec qui je travaille. Des gens qui ont le contrôle sur des choses qui m’affectent”, explique la chanteuse dans cet article où mes confrères écrivent qu’elle “balance sans honte”. Sans doute pour faire un jeu de mots avec le titre du disque, mais qui devrait avoir honte ?

Bref.

Du droit de vote conquis de longue lutte au droit de cuissage que certains croient encore avoir…

Et une chanson douce pour apaiser. Comme souvent…