Pas toujours à la fête…

Slide 1

J’ignore si c’est un hasard ou si c’était calculé, mais le début de la Coupe du Monde de football hier coïncide – presque – avec la fin du ramadan aujourd’hui. Et je ne sais pas si le jeûne observé (ou pas) encore hier par les Saoudiens explique la piquette (5-0) qu’ils ont reçue de la Russie.

Bref…

L’Inde ne s’est pas – encore – qualifiée pour aller jouer en Russie, et ça n’empêchera donc pas les 180 millions de musulmans du pays (15% de la population) à fêter aujourd’hui l’Aïd el Fitr.

Et je leur souhaite une bonne fête. Eux qui ne sont pas toujours (et de moins en moins) à la fête dans un pays où se répandent l’intolérance et l’extrémisme hindous, avec une accélération depuis la nomination au poste de Premier ministre du chef du parti nationaliste hindou (Bharatiya Janata Party, BJP), Narendra Modi.

Lequel caresse un rêve de pureté hindoue pour son pays, quitte à rendre les musulmans “invisibles”. Ou à les faire disparaître ? comme le prêche régulièrement son camarade de parti, Yogi Adityanath, dont je ne vais pas reproduire les appels au meurtre ou au viol, pour ne pas gâcher la fête !

(Photo : Mahesh Kumar A.)

Susheela Raman aimait déjà mêler les diverses influences musicales de son pays d’origine. Dans son dernier disque, Ghost Gamelan, elle y a ajouté les sonorités des gamelans javanais, en compagnie de Gondrong Gunarto etd e son groupe le Ghost Gamelan Orchestra. Leur première collaboration en 2015, autour de cette reprise des Beatles, était déjà prometteuse.