La vie en couleurs

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32
Slide 33
Slide 34
Slide 35
Slide 36
Slide 37
Slide 38
Slide 39
Slide 40
Slide 41
Slide 42
Slide 43

“Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes.”
Anaïs Nin

*

J’ai emprunté la citation du jour à l’association indienne Chal Rang De (dont c’est la devise) qui est à l’origine des belles photos colorées de ce week-end.

“Si un peu de couleur me rend heureuse, pourquoi pas mettre de la couleur dans la vie des gens ?” s’est demandé Dedeepyya Reddy, l’une des responsables de l’association. L’appel à volontaires a touché 750 personnes sur les médias sociaux puis plus de 3000 par le bouche-à-oreille, ce qui prouve au passage la plus que résistance des villes techniques de communication. Et tous ces peintres improvisés et plein de bonne volonté sont allés peindre plus de 12.000 maisons dans 4 slums de Mumbai, aux couleurs choisies par les habitants.

Le résultat est réjouissant à voir et apporte une touche de couleur à un monde et un quotidien bien gris.

Après la mousson, l’association poursuivra l’opération dans d’autres quartiers et elle affiche même l’ambition de “recolorer tout le pays”.

Il y a du boulot. Même si l’Inde offre déjà de belles couleurs aux regards…

Je ne dis pas que ça me donne envie d’aller vivre dans un bidonville, mais je réalise à chaque fois que la vie en couleurs, c’est bien plus beau…

Simplement !

Encore merci à ceux qui savent en donner, sans compter.

(Photos : Punit Paranjpe, Kunal Patil, Chal Rang De, DR)

Pas complètement en rapport avec les images du jour mais plutôt avec la citation supplémentaire, sur le “en même temps”, adressée par une commentatrice au billet d’hier :

« Ce qu’on appelle une raison de vivre est en même temps une excellente raison de mourir » Camus, Le mythe de Sisyphe

Citation que j’avais trouvée puis élminée pour n’en garder que sept. Et parce que j’ai personnellement plus besoin de rasions de vivre que de mourir…

“You give me a reason to live”, en refrain dans une chanson dont l’auteur n’est pas celui que l’on croit…

You can leave your hat on donc, par :

  1. Randy Newman, son créateur
  2. Joe Cocker, qui a rednu la chanson célébrissime, dans une version grand orchestre
  3. Un autre grand orchestre pour accompagner Tom Jones
  4. Etta James, pour passer en beauté aux versions féminines
  5. Shy but Flyy, dans une belle adaptation
  6. Les Franglaises, pour la french touch dans une mise en scène suggestive