Comme sur un nuage

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25

“Un mouton
C’est bête un mouton
Deux moutons,
C’est bêbête deux moutons.”
Richard Gotainer, Les Moutons
(chanson prémonitoire – en même temps c’était facile – de 2017)

*

Je vous ai trouvé quelques photos originales en provenance de Turquie, pour saluer la réélection de Recep Tayyip Erdoğan, pour un second mandat, dès le premier tour de la présidentielle de dimanche.

Quelques photos sans autre commentaire. Car je n’ai pas plus de leçons à donner aux Turcs, que les Italiens à la France, comme dirait mon président. Lequel a quelque peu triché avec les chiffres en déclarant dans la foulée que la France est “le deuxième pays d’accueil des demandeurs d’asile cette année”.

Car, si l’on y regarde de plus près, le pays des droits de l’homme dégringole dans ce sinistre classement, puisque – rapporté à notre population – nous sommes le 12e pays pour les demandes d’asile en 2017 ! Et – je le rappelle – plus de la moitié de ces demandes sont refusées.

Bref.

Pas de commentaire, disais-je avant d’être interrompu par mes propres digressions, et pas de leçons aux Turcs qui, malgré quelques suspicions de fraude, ont bien élu Recep Tayyip Erdoğan dès le premier tour. Ce qui ne fut pas le cas chez nous l’an passé, même si notre président est allé fêter sa victoire dès le soir du premier tour. Avant le sketch habituel sur “tu ne vas pas quand même laisser passer le FN”, qu’on risque de nous resservir dans quatre ans pour la réélection de notre sultan national, avec peut être une variante du genre “tu ne vas pas quand même laisser passer Marion Maréchal”.

Rigolez pas. On en reparlera.

Merci Mitterrand d’avoir avoir gonflé la baudruche du FN, tout en dégonflant les scores du PC. ce qui, quelques années plus tard, permet à un homme mal latéralisé de se proclamer à la fois de droite et de gauche.

Allez j’arrête, sinon ce blougui va vraiment déborder de sa ligne internationale et se relocaliser. Du coup, je ne vais plus savoir où me mettre ni où aller. Question récurrente, je sais. En tout état de cause, je ne me vois pas vraiment migrer vers la Turquie, qui accueille pourtant quelques milliers de réfugiés, en sous-traitance d’une Europe, qui sait parfois trouver des solutions de sous-traitance à la crise de l’accueil. Et dont le gouvernement a offert, en février dernier, 300 moutons à chaque agriculteur pour relancer le secteur de l’élevage. Ce qui fait de beaux troupeaux et de belles images. Non ?

Sinon, je n’ai pas plus de chute pour cet article que je n’ai réussi à justifier le choix du titre. Je devrais peut être éviter de compter les moutons avant d’écrire…

(Photos : DR – Agence Anadolu)

“Même si un jour au Paradis
Je devienne comme j’en s’rais surpris
Chanteur pour femmes à ailes blanches
Que je leur chante ‘Alléluia!’
En regrettant le temps d’en bas
Où c’est pas tous les jours dimanche…”
Jacques Brel, La Chanson de Jacky

Je sais que nous ne sommes pas dimanche. Mais je n’ai toujours pas créé de nouvel intertitre et j’ai retrouvé hier une petite vidéo, qui me semblait bien aller avec ce qui précède. Une séquence de L’An 01, un film de 1973 (l’année du combat des Lip), qui semble étonnement d’actualité, dans sa manière d’évoquer ce progrès qu’on nous brandit encore comme le seul horizon désirable.

Comme ils sont bons encore les pas de côté. Essayez !