Bientôt Noël ?

Slide 1

Été en juin, Noël en hiver…

*

Je sais, la citation du jour est des plus moyennes. D’ailleurs je n’y mets pas de guillemets et vous l’offre sous licence libre si vous en voulez.

Mais elle collait assez bien avec mon état un peu liquéfié d’une chaleur plombante (mais il faut pas se plaindre, hein ?) en même temps qu’avec l’image du jour.

Image qui m’a quelque peu surpris quand mon regard est tombé dessus. Mais qui est finalement d’actualité. Parce que, mine de rien et même si le temps n’incite pas à y penser, dans 6 mois Noël sera passé.

Je sais, j’anticipe un peu. Mais je ne suis visiblement pas le seul. Car pour assurer la livraison des jouets made in China dans le monde entier, il faut commencer tôt. Le temps de fabriquer quelques millions de jouets  et de les expédier aux quatre coins du monde, dans des bateaux qui accosteront plus facilement que les rafiots des réfugiés, et les fêtes s’annonceront. Et il ne s’agit pas d’être en retard. Trop d’enfants seraient déçus…

Le Père Noël chinois assure 80% de la production mondiale, aidé par 4 millions de personnes (dont 80% de femmes), et s’assure un revenu confortable estimé à 35 milliards de dollars annuels. Les femmes, elles, gagnent environ 100€ par mois…

Mais le rêve n’a pas de prix.

Je ne sais pas trop ce que je demanderai pour Noël. Sûrement pas l’une des peluches de cette usine de Linyi, dans la province de Shandong. Mais j’ai quand même un peu de temps (et vous aussi) pour y penser.

Quoi que, j’ai déjà une petite idée. Un projet. Je vous en reparlerai.

Par contre, je n’ai aucune idée de la manière dont les ouvrières de la photo parviennent à s’extirper de la masse de nounours aux couleurs de père Noël qu’elles sont en train de fignoler.

(Photo : DR)

À propos de projet, c’est grâce à un appel aux dons sur Ulule, que la chanteuse strasbourgeoise, Lúcia de Carvalho, a pu enregistrer son nouvel album, Kuzola, et (en même temps) réaliser le documentaire du même nom, avec l’aide du réalisateur Hugo Bachelet.

Un voyage dans le monde et les musiques lusophones (Portugal, Brésil, Angola), à la recherche de ses racines, pour cette jeune artiste d’origine angolaise adoptée en France

Un film émouvant. Une musique joyeuse. Un doux mélange.