Le plastique c’est pas si fantastique

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16

“Le plastique c’est fantastique…
Chanson d’Elmer Food Beat en1994 mais aussi croyance pas si ancienne

*

Après une campagne de sensibilisation depuis le début de l’année et quelques mois de tolérance pour épuiser les stocks, l’état du Maharashtra interdit depuis samedi l’usage du plastique non réutilisable :  sacs, gobelets, assiettes, couverts, pailles, bouteilles (en dessous d’un demi-litre) et – décorations en tout genre, comme celles utilisées abondamment les hindous lors des fêtes religieuses.

Une interdiction qui va peut être contribuer à dépolluer – un peu – un pays où la croissance effrénée, si elle profite à une partie de plus en plus large de la population, nuit gravement à l’environnement.

Entre autres nuisances, l’état du Maharashtra produisait jusqu’alors chaque jour 1.200 tonnes de déchets plastiques chaque jour, dont 500 tonnes pour les “seuls” 13 millions de Bombayens, qui utilisaient quotidiennement 12,5 millions de bouteilles en plastique non recyclable

Les Indiens, aussi résilients qu’imaginatifs et ingénieux, ont vite trouvé des solutions de substitution, avec des matériaux plus écologiques ou les bons vieux récipients en inox. Mais les industriels râlent et on fait tout le lobbying possible pour repousser l’interdiction, allant jusqu’à menacer de la perte de plusieurs emplois.

La nouvelle loi prévoit des amendes graduelles pour les réfractaires, de 5.000 roupies (un peu plus de 60€) pour la première infraction, jusqu’à 25.000 roupies à la troisième récidive. Si c’est suffisamment dissuasif pour les gens ordinaires (le salaire moyen en Inde s’élève à un peu plus de 35.000 roupies aux dernières nouvelles), cela n’a pas suffit pour plusieurs établissements, dont une centaine ont été verbalisés depuis ce week-end. Parmi eux, figurent Burger King, McDonald’s et Starbucks, dont vous pourrez rigoler de leurs publicités en faveur du développement durable.

L’exemple du Maharashtra devrait être suivi par les autres états, si le Premier ministre Narendra Modi veut tenir sa promesse de débarrasser l’Inde du plastique à usage unique d’ici 2022.

Reste à savoir combien de temps il faudra ensuite pour se débarrasser des montagnes de déchets existantes et des 1.300 milliards de débris de plastique dans l’Océan Indien (estimation en 2014).

(Photos : Divyakant Solanki, Shashank Parade, Noah Seelam, Farshad Usyan, Pratik Chorge, Arunangsu Roy Chowdhury, Satish Bate, Karma Sonam Bhutia)

Catastrophe écologique ou catastrophe humaine : laquelle nous submergera la première ? Question récurrente. Qui revient souvent à oublier la catastrophe capitaliste en action…

Bref.

C’est dans le “contexte de la catastrophe humanitaire vécue par les réfugiés” qu’Anoushka Shankar a “planté les graines” de son quatrième album, Land of Gold, dont la chanson titre est interprétée par Alev Lenz.

Un peu de douce beauté. Non pour oublier, mais pour nous donner du souffle…