Aux marches du pouvoir ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24

“Je veux un pays où je puisse sortir dans la rue, où la vie a a une valeur qu’elle n’aurait jamais dû perdre, je veux un pays où nous avons tous un logement décent, je veux un pays où nous avons tous le droit à la santé universelle et gratuite, je veux un pays où l’éducation et la culture sont le principal outil de progrès pour tous.
Je veux un pays où je puisse réaliser mes rêves sans avoir à traverser les frontières vers des pays où l’on ne veut pas de moi et ne me respecte pas, je veux un pays dont le drapeau me fait pleurer d’amour et de fierté, et qui est respecté et admiré partout dans le monde.”
Belinda Peregrín Schüll

*

Je vous avais prévenus à l’ouverture de la Coupe du Monde en Russie : les photos de footballeurs, de supporters et de stades envahissent le web.

Mais abcdetc résiste.

Et si la galerie du jour commence avec quelques images de stades, elles ne proviennent pas de Russie mais du Mexique, du Stade aztèque de Mexico, où Andrés Manuel López Obrador (AMLO) tenait mercredi 27 juin dernier son dernier meeting de campagne présindetielle.

80.000 spectateurs s’étaient pressés dans l’enceinte pour cette AMLOFest et ont ovationné le candidat de la coalition de gauche du Mouvement Régénération Nationale (Movimiento Renegacion Nacional ; Morena) qui, après deux places de second lors des scrutins (suspects de fraude) de 2006 et 2012 a toutes les chances de l’emporter dimanche. Les derniers sondages le créditent en effet de 44 à 51% des intentions de vote, plus de 20 points devant son adversaire, Ricardo Anaya, à la tête d’une coalition hétéroclite (à la fois de droite et de gauche) et plombé par des accusations de corruption.

La lutte contre la corruption est au cœur du programme électoral d’Obrador, qui a promis de “laver le gouvernement de la corruption, de haut en bas, comme un escalier” et de “récupérer l’argent des corrompus”, qu’il évalue à 21 milliards d’euros par an, pour financer son ambitieux programme de lutte contre la pauvreté : grands travaux, santé et éducation gratuites, bourses scolaires, aides aux paysans, hausse du salaire minimum (3,70 euros par jour en 2017), réduction de ceux des hauts fonctionnaires, dont le sien… Obrador souhaite aussi lutter contre le libéralisme sauvage et les privatisations d’entreprises nationales et envisage de “remettre Trump à sa place”.

Bien sûr, son programme est taxé de populiste par ses adversaires et une bonne partie de la presse internationale, qui le comparent volontiers à Hugo Chávez. Ce qui peut être un compliment pour les gens du peuple justement.

A l’issue de l’AMLOFest, des milliers de papiers blancs sont tombés du ciel sur Andrés Manuel López Obrador. Souhaitons que dimanche, il puisse compter autant de bulletins à son nom.

Car, même sans naïveté, il fait bon croire en l’utopie.

(Photos : Daniel Becerril, Edgard Garrido, Marco Ugarte, Pedro Pardo, Ramon Espinosa, Misael Valtierra, Alexandre Meneghini, Alfredo Estrella, Christian Palma

PS : Le Mexique affronte le Brésil lundi à 16 heures en 8e de finale de la Coupe du Monde

“Je veux un meilleur Mexique, un Mexique avec un avenir”, a conclu Belinda Peregrín Schüll – plus connue sous son seul prénom de scène de Belinda – dans son discours de mercredi à l’AMLOFest, avant de chanter.

Pendant près d’une heure et dans des styles (et des tenues) très différents…