Après la guerre

,

Slide 1

Si les meilleures choses ont une fin, il arrive que les mauvaises se terminent aussi…

*

On se calme !

Ne cherchez pas à quel pays appartient le drapeau peint sur le visage de la jeune femme de la photo du jour. Il n’a rien à voir avec un récent événement sportif de retentissement mondial.

Mais il marque cependant un moment historique.

Samedi 14 juillet, loin de Paris comme de Moscou, le président érythréen, Isaias Afwerki, était accueilli à Addis-Abeba par le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, pour une visite officielle de trois jours, marquant le rétablissement des relations entre les deux pays.

Il aura fallu 20 ans, après une guerre ouverte entre 1998 et 2000 qui avait causé 80.000 morts, puis un conflit larvé autour de la frontière, pour que les deux pays voisins, l’Érythrée et l’Éthiopie, mettent fin à leur “état de guerre”, rétablissent leurs relations diplomatiques et reprennent le dialogue.

Une avancée vers la paix qui doit beaucoup à la décision du tout nouveau Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, d’accepter une décision internationale de résolution du conflit.

Les Érythréens espèrent maintenant l’arrivée d’un nouveau dirigeant. Le président Isaias Afwerki, au pouvoir depuis l’indépendance en 1993, a en effet depuis glissé du statut de héros à celui de tyran. Ils sont plusieurs milliers à tenter de fuir chaque mois un pays où les libertés sont menacées, où la presse indépendante n’existe pas et où l’on compte 800 prisons pour 600 écoles. Une tyrannie justifiée jusqu’ici … par les menaces du voisin éthiopien.

Avec la paix, on souhaite donc aux Érythréens de retrouver la liberté. Et le sourire. Comme celui de la femme à l’aéroport d’Addis-Abeba le 14 juillet.

(Photo : Tiksa Negeri)

Elle n’est ni Éthiopienne ni Érythréenne, mais Malienne.

Mais c’est avec l’aide d’une photographe et artiste éthiopienne, Aïda Muluneh, que Fatoumata Diawara a réalisé le clip de la chanson Nterini, dans laquelle elle rend hommage aux migrants du monde entier. Dont les plus de centaines de milliers Érythréens en exil…