Balles neuves et robes de bal

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

“J’ai un côté rigolo qui me sauve de tout, mais j’ai aussi un côté très sombre et grave qui fait que, quand je plonge, je plonge. La différence est que, durant de longues années, ma plongée pouvait durer des mois et que, maintenant, je suis capable de rebondir au bout de deux jours. Je me dis que la vie est lumineuse et qu’on a la chance d’avoir plusieurs vies dans une vie ! ”
Claudine Luypaerts dite Maurane

*

À cause de l’actualité footballistique qui s’éloigne et des ballons d’un autre genre du jour, j’ai cherché une citation autour des rebondissements et de rebondir. Et j’ai trouvé ces mots de Maurane, qui nous a quittés, nous et le monde, en mai dernier. Des mots pas forcément en rapport avec ce qui suit, mais qui résonnent étrangement aujourd’hui. Et qui sonnent juste.

Avec “l’affaire Benalla” et les coups de poings (les coups de sang) de son collaborateur qui « emmerde le préfet” à 7113€ de salaire mensuel, Emmanuel Macron n’aura pas eu le temps de profiter de l’effet rebond de la Coupe du Monde.

Et ça fait bien plaisir…

Mais comme j’avais envisagé cette galerie de transition pour faire retomber la tension et détourner l’attention, je la garde. Et parce que le travail de Nike Savvas est bien beau aussi.

Au début de ce mois, l’artiste australienne a donc installé son œuvre Atomic : full of love full of wonder dans les locaux de la Galerie d’art de Nouvelle-Galles du Sud. Plus de 50.000 balles de polystyrène, suspendues sur des fils invisibles, flottent ainsi  doucement dans une brise créée par de grands ventilateurs dans l’espace de la galerie.

Une création inspirée par les paysages australiens, explique Nike Savvas, amis aussi par les structures moléculaires modélisées dans nos classes de chimie, d’où son titre : Atomic. l Quant au sous-titre à propos de l’amour et autres merveilles… je vous laisse l’expliquer à votre guise.

(Photos : David Gray, Nike Savvas, DR)

Samedi dernier sur le site du Guardian, j’ai croisé d’autres images en provenance d’Australie où une centaine de femmes se sont réunies pour le Most Wuthering Heights Day Ever.

James D Morgan

Une manifestation qui se déroule là-bas depuis 3 ans selon mes sources et qui rend hommage, non pas au roman d’Emily Brontë ou aux 13 films qu’il a inspirés, mais à la chanson – tellement unique – de Kate Bush. qui a juste 40 ans cette année.

Je n’ai pas mis de robe rouge, mais j’ai réécouté Wuthering Heights avec plaisir, interprété par :

  1. Kate Bush, bien sûr, en version robe rouge, évidemment
  2. China Drums
  3. Albert Niland
  4. Mia Martini qui l’a traduit en italien sous le titre Cime tempestose
  5. The Son of Pitches
  6. Et… Kate Bush, version robe blanche