Retrouvailles

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29

“Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.”
Déclaration universelle des droits de l’homme, article 13-2

*

Toute personne a aussi le droit de savoir lire et de na pas interpréter le droit humain de quitter tout pays comme le droit de certains hommes d’en refouler d’autres.

Un mois après la volte-face de Donald Trump, abandonnant sous la pression sa politique de “tolérance zéro” pour interdire la séparation des familles d’immigrants clandestins, sa bêtise initiale paraît bien difficile à réparer.

En effet, à la date limite fixée par la justice étasunienne pour réunir les familles, soit jeudi 27 juillet au soir (hier soir), seules 1442 familles désunies sur 2551 avaient été recomposées… Et même si l’on ajoute les 378 mineurs relâchés “dans des circonstances appropriées”, il restait toujours 711 enfants séparés de leurs parents.

Tellement trop !

La première puissance du monde impuissante à appliquer une politique simplement humaine ! Ça fait rêver, ou plutôt cauchemarder.

Mais, pour vous éviter de mauvais rêves en cette période où nos sommeils sont déjà bien agités, je préfère voir le bon côté des choses, en partageant avec vous quelques images de retrouvailles de Dayana, Abisai, Maria, William, Mia, Johan, Esteban, Sara, Maria, Gerardo, Samuel, Nathan, Esli et les autres retrouvant leurs parents.

Une illustration de la phrase que je n’ai pas mise en exergue aujourd’hui. Mais qui illustre bien cette actualité – presque complètement – heureuse…

“Ah, comme j’aimerais qu’il y ait un paradis
Comme ce serait doux les retrouvailles.”
Julos Beaucarne (déjà cité, je sais)

(Photos : Loren Elliott, Carlos Barria, Eric Gay, Joe Raedle, Lucas Johnson, Paul Sancya, Esteban Felix, Win McNamee)

Ils étaient déjà passés par ici, dans la rubrique musicale accompagnant d’autres retrouvailles, alors j’étais content de retrouver Quantic et Nidia Góngora dans une nouvelle chanson, accompagnée d’enfants : Un Canto a mi Tierra.