Sortie des classes ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20

“Le temps ne fait rien à l’affaire
Quand on est con, on est con…”
Georges Brassens

*

En ce jour de rentrée des écoliers, collégiens et lycéens français, j’avais prévu une belle citation de Victor Hugo sur l’école. Mais le billet qui l’accompagnait a dû être reporté pour cause d’actualité à compléter…

La citation du jour est donc plutôt en rapport avec la photo ci-dessous…

… qui illustre illustrait cette rentrée francophone chez certains de mes collègues et nous confirme que le temps ne fait rien à l’affaire. Macron a finalement l’air aussi con au tableau que François Hollande il y a quelques années, sur une photo finalement retirée de son catalogue par l’AFP (mais toujours visible sur abcdetc).

À tel point que Libération, La Croix, Le Point, France-Soir, TV5 monde, Boursoramaet quelques autres (dénoncés par l’historique de Google) ont finalement remplacé la photo dans leurs articles. Sans que personne ne leur demande rien ?

Bref.

Les enfants français ne sont pas les seuls à retrouver le chemin de l’école. Je vous épargne une longue énumération des rentrées des classes à travers le monde, pour évoquer juste la situation en Palestine. Un pays qui n’existe toujours pas, où les élèves sont un peu rentrés en ordre aussi dispersé que la population : le 25 août en Cisjordanie, le 29 à Gaza et le 2 septembre en Jordanie.

Au total, 526.000 enfants et jeunes palestiniens, en Cisjordanie, à Gaza, en Jordanie, mais aussi au Liban et en Syrie, sont accueillis encore cette année dans les 711 établissements scolaires financés par l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient).

Mais si la rentrée s’est déroulée comme prévue, la sortie pourrait être anticipée. Car l’UNRWA vient de se faire couper les vivres par les États-Unis, pour cause de “défauts irrémédiables” dans sa gestion et ses actions et voit son budget amputé de 365 millions de dollars, soit d’un tiers ! Une initiative dénoncée – timidement – par plusieurs pays mais applaudie par Israël.

Pour vous donner une idée, 365 millions de dollar, c’est 0.0005% du budget de la défense étasunien pour 2019 qui devrait “exploser” à 686 milliards !

Toutes ces dépenses suffiront-elles à lutter contre le radicalisme, qu’alimente la décision étasuniene ? La question est posée aujourd’hui par Alliance, magazine juif qu’on ne peut soupçonner de sympathies pro-palestiniennes.

La réponse viendra dans l’avenir. J’ai comme un doute qu’elle soit positive.

(Photos : Ahmad Abdo, Mahmud Hams, Mohammed Salem, Jaafar Ashtiyeh, Issam Rimawi, Said Khtaib, Ludovic Marin)

Ça aurait pu être un souvenir, mais je ne me souvenais pas d’avoir déjà entendu la chanson du jour quand je l’ai découverte grâce à FIP, ce matin avant de partir au travail qui me paye.

Je ne connaissais pas davantage Bach Yen, chanteuse d’origine vietnamienne qui maîtrise fort bien les subtilités de notre langue dans sa chanson A bas la rentrée, qui date dont de 1962, année de ma naissance, où je ne me préoccupais guère encore de rentrée des classes.