C’est quoi ce travail ?

Slide 1

“Le travail c’est la santé
Rien faire c’est la conserver…”
Henri Salvador, paroles de Maurice Pon (1965)
“Travailler c’est trop dur…”
Zachary Richard (1977)

*

S’il suffit – paraît-il – de traverser la rue pour trouver un travail, je n’ai pas réussi pour ma part à en trouver un autre que celui qui me paye, même en étant prêt à traverser la France. Peut être parce que j’ai largement dépassé les 25 ans ? Mais personne ne m’a encore répondu que j’étais trop vieux pour être retenu. Par crainte peut-être que je porte plainte pour discrimination à l’embauche ? Et parce qu’o vit une époque formidable où, malgré ma cinquantaine et demie passée, tout le monde va mé répétant que non !!! je ne suis pas vieux.

Pourtant, je me rappelle bien que lorsque j’ai commencé à travailler au siècle dernier, en 1982 pour être précis et à l’âge de 20 ans pour que vous vous fassiez une idée exacte, les personnes de mon âge actuel étaient poussées par grappes vers la pré-retraite.

Mais le progrès est passé par là. L’espérance de vie a augmenté de 8 ans et l’âge de la retraite a reculé. Et même pas d’autant d’années, argumenteront les gentils libéraux défenseurs de la “valeur travail”, qui se gardent bien de comparer la baisse des pensions de retraite ( comme des salaires) par rapport à la hausse des loyers, de l’essence. Ou des profits des entreprises.

On culpabilise doucement les vieux en leur expliquant régulièrement, mais de manière feutrée et subliminale, qu’ils vivent trop longtemps et qu’ils coûtent trop cher et qu’en plus ils sont trop malades, ce qui coûte aussi beaucoup d’argent. Sans non plus rappeler que cet argent est capté par quelques professions médicales ou l’industrie pharmaceutique.

Des fois que cette culpabilité les ronge et grignote leur espérance de vie (laquelle commence d’ailleurs à décliner). Comme on culpabilise les fumeurs au lieu de les remercier de réduire aussi cette fameuse “espérance” tout en contribuant au budget de l’état pour plusieurs milliards (80% du prix d’un paquet).

Bref.

Il n’y a plus d’argent pour payer les retraites et il va falloir réformer. La rengaine n’a pas fini de tourner dans les médias.

Et pas seulement chez nous.

J’ai évoqué il y a peu les manifestations des travailleurs russes protestant contre le recul de l’âge de départ en retraite. En Espagne, ce sont les retraités qui manifestent contre le gel des pensions et la privatisation envisagée du système des retraites. Pour le sauver, bien sûr.

C’est une photographie chez un confrère anglais qui m’a appris qu’une manifestation s’était déroulée aujourd’hui à Madrid, devant le parlement, entraînant une réaction vigoureuse des forces de l’ordre.

Mais, comme c’est étrange, je n’ai pas trouvé d’infos sur cette manifestation dans les grands portails d’actualité de mon pays.

Parce que ça fait trop longtemps que les Espagnols protestent ? J’ai retrouvé des articles sur des manifestations en début de cette année, et même en 2014, 2012, 2010.  Une “manifestation récurrente” écrit un autre de mes confrères anglais à propos de la manifestation d’aujourd’hui.

Bien sûr, les informations sont bien là, en espagnol. Il suffisait de demander “manifestación de pensionistas” à google Mais je ne le lis ni ne parle l’espagnol.

J’ai quand même compris que les négociations du jour n’ayant pas abouti et les manifestants n’ayant obtenu que des coups de matraque en réponse à leurs revendications, l’appel à descendre dans la rue a été reconduit. Une nouvelle fois.

On en reparlera donc. Ou pas.

Et nous ? Quand descendrons-nous dans la rue ? Et pas seulement pour changer de trottoir…

(Photo : Mariscal)

Je ne suis pas encore mort ni en retraite, mais je vais m’offrir l’an prochain une pause de quelques mois. On en reparlera.

Elle n’est ni morte ni retraitée non plus. Après une pause de 4 ans, Marianne Faithfull nous promet un nouvel album pour novembre, dont elle dévoile cette semaine un premier titre, un superbe duo avec Nick Cave.

Je l’ai appris en cherchant sa version du Working Class Hero de Lennon. Du coup, je vous passe les deux chansons.