Ça fait rêver ?

, ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21

“Après avoir tué la ville, la bagnole tue la bagnole…”
André Gorz, L’idéologie sociale de la bagnole (1973)

*

Cette phrase prémonitoire, cette prophétie qui se poursuit sous nos yeux toujours incrédules, reste plus que jamais d’actualité. Comme devrait l’être l’impératif écologique si nous renoncions à l’idéologie économiste triomphante.

Malgré des records embouteillages battus d’année en année, les villes, l’empoisonnement de l’air dont elle est responsable ou la mortalité directe qu’elle provoque (3 693 tués l’an passé, dont 488 pétons littéralement irresponsables…), la bagnole continue donc de sévir et l’automobile de faire rêver.

Malgré son changement de nom en Paris Motor Show (pour faire plus moderne), la disparition des tenues sexy des hôtesses (pour faire plus porc balancé) ou le raccourcissement de sa durée d’ouverture (pour faire plus court?), le Salon de l’Auto de Paris va sans doute attirer encore plus d’un million de visiteurs et conserver sa première place dans le monde !

Cocorico ! Au pays de la “transition écologique”, on défend encore les vieilles valeurs. Juste rhabillées de promesses de propreté (électrique et nucléaire) et d’autonomie.

Pour les 120 ans du Salon de Paris, abcdetc vous propose donc une galerie de weekend décalée, en double, en miroir : avec une petite rétrospective des présidents de notre Ve République (et deux Premiers ministres…) s’extasiant sur les prouesses techniques de notre industrie, entrecroisée avec quelques images du musée en plein air que Mikhail Krasinets a installé dans le village abandonné de Chernousovo, à 260km de Moscou.

Quelques 300 véhicules y témoignent de l’âge d’or de l’industrie automobile soviétique. Qui s’écroula avec la chute du communisme.

Un rappel prémonitoire de ce qui attend les voitures rutilantes exposées aujourd’hui à Paris. Et peut-être bien nos sociétés qui roulent sans ralentir… vers le mur ou la chute (et rien à voir avec la chute du mur…)

Je ne serai pas là dans 45 ans pour vérifier cette prophétie. J’espère qu’il y aura encore du monde dans ce monde.

Et qu’ils auront encore des rêves, même sans bagnoles !

(Photos : Ian Langsdon, Pierre Verdy, Eric Feferberg, Georges Merillon, Thomas Cox, Roger Picard, Georges Gobet, DR, Maxim Shemetov, Viktor Borisov, Stanislav Kovaljevič)

Comme la voiture individuelle. Aznavour aussi aura traversé l’époque, mais pas toujours en solo. Illustrations avec quelques duos glanés sur la toile, émouvants ou surprenants…

Avec :

  1. Plaisir d’amour avec Nana Mouskouri
  2. Mes emmerdes avec Patrick Juvet
  3. La Chambre avec Léo Ferré
  4. Le Temps avec Liza Minnelli
  5. Tu t’laisses aller avec Michel Serraul
  6. Plus bleu… avec Liane Foly
  7. Mourir d’aimer avec Maurane
  8. Les Vertes années avec Petula Clark
  9. A l’ombre du show business en invité (feat en français moderne) de Kery James