Allo Papa bobo ?

Slide 1

La femme est l’avenir de l’homme…”
Jean Ferrat évoquant (invoquant ?) Aragon

*

Ma mère est morte il y a 285 jours aujourd’hui. Elle adorait Jean Ferrat et détestait faire la cuisine et le ménage.

Les gants qui tiennent la souris de la photo du jour ne sont pas des gants de ménage.

Avant l’irruption du féminisme moderne, ma mère défendait une égalité femmes-homme (je mets homme au singulier, parce que j’étais le seul garçon après trois grandes sœurs) dont elle m’a fait profiter. Et dont je fais profiter, j’espère, les femmes partagent ma vie.

J’ai aussi un père, qui travaillait jadis dans le caoutchouc. Pas pour Manix, mais pour Mapa (entre autres marques) qui fabriquait des gants de latex pour le ménage et autres usages.

Je ne sais pas si les gants de la photo du jour sont des gants Mapa. J’en doute : l’image vient de Chine.

Ce matin je ne me suis pas réveillé en écoutant Jean Ferrat à la radio mais avec cette question du jour, posée par Gullaume Erner sur France Culture :

Sera-t-il bientôt possible de se passer des hommes pour se reproduire ?

Une équipe de l’Académie chinoise des sciences est en effet parvenue à mettre au monde une descendance à partir de deux souris femelles, sans intervention d’aucun mâle (à part ceux – humains – du laboratoire). Ils ont ainsi obtenu la naissance de 29 souriceaux, qui ont ensuite vécu jusqu’à l’âge adulte en étant capable de se reproduire normalement.

N’étant pas très habile avec la parthénogenèse ou les cellules haploïdes, je vous passe les détails de l’expérience, que vous pourrez trouver ici (entre autres).

Si la plupart de mes confrères français évoquent les problèmes de morale ou d’éthique que posent ces nouvelles formes de clonage, les scientifiques soulignent quant à eux les difficultés à surmonter pour appliquer ce “traitement” à d’autres mammifères (dont les humains ?).

Certains de mes confrères anglo-saxons n’hésitent cependant pas à aller plus loin (à tirer des plans sur la gamète…) et prédisent l’obsolescence de l’homme ou la possibilité de s’en passer pour la reproduction, soulignant le fait que les souriceaux créés dans une expérience parallèle, à partir de deux mâles, n’ont survécu que 48 heures.

Une chercheuse néo-zélandaise, qui n’a pas participé à l’expérience chinoise, prédit pour sa part que ces recherches pourraient aboutir à une solution de gestation pour les couples homosexuels.

Au moment où nos députés vont devoir débattre d’une loi sur la PMA pour “toutes” (contraire au principe d’égalité ?) ils pourront peut être anticiper…

Et en ce qui me concerne, je me suis déjà reproduit par les voies naturelles et n’envisage pas de récidiver. Il y a un temps pour tout.

J’espère simplement ne pas être totalement obsolescent pour produire autre chose.

(Photo : Leyun Wang)

Il m’a fallu moins de temps qu’aux chercheurs chinois pour dénicher en quelques clics de souris le groupe Modest Mouse et son joli clip d’animation pour illustrer sa chanson Sugar Boats.