Aimer
(Sans oublier les morts)

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11

“Novembre est un beau mois. Mais il faut aimer le gris. Et l’œil en saisir la lumière.”
Gilles Vigneault

*

Je n’aime pas novembre. Même si j’aime le gris.

Je n’aime pas novembre et je ne suis pas le seul si j’en juge le nombre de résultats que mon moteur de recherche me propose quand je lui propose cette phrase :“Je n’aime pas novembre”.

Je ne vais énumérer les raisons pour lesquelles je n’aime pas novembre. La liste serait aussi déprimante qu’un mois de novembre. Et aussi longue. Heureusement que novembre ne compte que 30 jours.

Autrefois, jadis, je proposais une fête à mes amis pour accueillir novembre. Mais aujourd’hui je me demande avec le pauvre Rutebeuf et Léo Ferré  “Que sont mes amis devenus?” et en plus les gens fêtent Halloween.

Je n’aime pas Halloween… Même si on m’explique que ça vient de bien plus loin que des États-Unis.

Mais, en trouvant les photos qu’Alexandros Avramidis a envoyé à Reuters depuis les rives du lac Vistonida où les araignées s’en donnent à cœur joie, je me suis dit que je pouvais bien, moi aussi, décorer ce blougui de leurs toiles pour accueillir novembre.

Les toiles sur le web. C’est presque poétique. Même si le cœur joie des araignées ne suffit pas à me mettre le cœur en joie. Mais la poésie n’est pas toujours joyeuse. Hein Rutebeuf ? Hein Léo Ferré ?

Et puis, au lendemain d’un article sur le “Spiderman” français, c’était presque rigolo. Même si je n’arrive pas trop à rire, malgré le cœur en joie des araignées.

Vous me direz peut être qu’on est encore en octobre. Je sais. Mais pour moi, depuis 34 ans, novembre commence le 28 octobre.

Ça ne va pas durer, je sais. Et comme j’aimerai aimer !

(Photos : Alexandros Avramidis)

“La vie c’est ce qui arrive quand on avait prévu autre chose.”

Cette phrase de John Lennon est parmi mes citations préférées. J’ignore quand il l’a prononcée. Je ne pense pas que ce soit le 8 décembre 1980. Ou alors il avait encore plus d’humour que ce que je croyais…

Bref.

J’avais prévu de vous construire une mosaïque de reprises après avoir trouvé cette semaine cette version anglaise de Ne me quitte pas par l’incomparable Emiliana Torrini.

Et puis, en me réveillant ce matin, une heure trop tôt après ce changement d’heure dont on nous ment en disant qu’il nous donne une heure de plus de sommeil, j’ai écouté au hasard une des milliers de chansons stockées dans la machine.

C’était celle-ci.

J’y ai vu comme … un signe. Mais bon Dieu, j’aimerais bien savoir de quoi !