À bout de souffle

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26

“Respirer Paris, cela conserve l’âme.”
Victor Hugo (1802-1885)

“L’air de Paris est si mauvais que je le fais toujours bouillir avant de respirer.”
Erik Satie (1866-1925)

*

Les points de vue divergents d’Hugo et de Satie témoignent-ils d’une dégradation de la qualité de l’air parisien datant déjà du début du siècle dernier ?

Toujours est-il que 2,2 millions de mes compatriotes survivent toujours dans une capitale irrespirable. Et 12,5 millions dans sa banlieue qui ne cesse de s’étendre.

Les 19 millions de Delhiites sont pour leur part à bout de souffle.

Comme chaque année en automne, la pollution de l’air a pris des proportions catastrophiques. La concentration de particules fines peut atteindre jusqu’à 625 mg/m3 d’air, largement au-dessus des 25 mg/m3 d’air, seuil critique fixé par l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

La capitale indienne est enveloppée d’un brouillard de pollution persistant, dans lequel les personnes les plus âgées ou les plus jeunes peinent à respirer. “Un enfant qui naît à Delhi prend des goulées d’air pollué équivalent à 20 à 25 cigarettes au premier jour de sa vie”, a comparé Arvind Kumar, pneumologue delhiite.

Les médecins parlent d’ailleurs d’une “condamnation à mort” pour les personnes les plus vulnérables, et les plus pauvres, qui ne peuvent quitter la ville pour trouver un air plus respirable. Les sans-domiciles sont sans doute les plus exposés. Au dernier recensement, en 2011, ils étaient 46,724 à dormir sur les trottoirs de la ville, là où l’air est le plus pollué…

Plusieurs centaines d’étudiants et d’enfants ont manifesté pour défendre leur droit à respirer. Mais les “autorités” restent impuissantes. Elles craignent juste une nouvelle détérioration de la qualité de l’air causée par les milliers de pétards et feux d’artifices qui seront tirés aujourd’hui pour célébrer Diwali, la fête des lumières.

Des lumières voilées par le brouillard persistant.

(Photos : Sajjad Hussain, R S Iyer, Altaf Qadri, Raj K Raj, Arvind Yadav, Ravi Choudhary, Prakash Singh, Anushree Fadnavis, Reinhard Krause)

Vous respiriez ? J’en suis fort aise. Eh bien chantez maintenant ! D’après un air connu…

À propos d’air et de chanson, je vous ai déniché (sans chercher trop longtemps) la chanson Breathless, extraite de l’album éponyme de Shankar Mahadevan paru il y a tout juste 20 ans, en 1998. Réalité ou apparence, cette interprétation de près de 2’30 sur un seul souffle est … époustouflante et a contribué au succès de Shankar Mahadevan.