Je vous écris encore

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15

“Colis, mandat, lettre, carte postale…”

*

Je crois que je suis plutôt rassuré quand Google (et Qwant non plus…) ne trouve pas de résultat à ma recherche. Même si c’est un peu de ma mémoire d’enfance qui risque de s’effacer, c’est toujours bon de savoir que mes souvenirs n’appartiennent encore pas aux intelligences artificielles.

Comme ce n’est pas répertorié, je vous explique donc.

Quand j’étais gamin, avant de manger une pomme (avec la peau qui n’était alors pas traitée), nous en tournions la queue, en répétant ainsi “Colis, mandat, lettre, carte postale…”, jusqu’à ce qu’elle se détache du fruit, désignant de cette manière ce que nous allions bientôt recevoir par la poste. Il ne nous restait plus qu’à faire sauter la queue dans notre main, en répétant alors les jours de la semaine, pour savoir quand le colis, le mandat, la lettre ou la carte postale allait arriver.

Aujourd’hui, plus grand monde n’écrit de lettre, préférant les mails, les textos ou autres messages via des messageries privées ; les mêmes textos, accompagnés de photos plus ou moins réussies, remplacent bien souvent les cartes postales de vacances ; je n’ai pas reçu de mandat depuis une éternité et je regrette parfois le dernier que j’ai envoyé, il y a un quart de siècle, dont le destinataire ne m’a jamais remboursé l’argent que je lui envoyais ainsi en dépannage urgent… Restent les colis adressés par les vendeurs en ligne. Mouais…

Bref (si on peut dire après un aussi long préambule).

Une carte postale composée plus de 100.000 messages d’enfants et d’adolescents du monde entier a été déployée vendredi sur la glacier d’Aletsch, au pied du Jungfraujoch, dans le Haut-Valais, à 3400 mètres d’altitude.

S’ils battent ainsi un record mondial, les initiateurs de cette action d’envergure voulaient surtout donner la voix aux jeunes dans la lutte contre le changement climatique et attirer, une fois encore, l’attention du monde sur les menaces qui pèsent sur notre planète, notamment à haute altitude, où les glaciers fondent aussi vite que la banquise. Selon les projections du glaciologue Matthias Huss (cité et illustré par mes confrères suisses du Temps), si les températures s’élèvent de 2 degrés d’ici à la fin du siècle, seuls 48 glaciers survivraient en Suisse, sur les quelque 1400 actuels

Voilà ce que ça donne pour le glacier sur lequel ont été déposés les messages.

Une carte postale représentant la mosaïque géante a été imprimée et sera adressée, depuis le bureau de poste situé sur le Jungfraujoche (le plus haut d’Europe), aux participants de la prochaine conférence sur le climat, qui aura lieu en Pologne en décembre 2018 (la COP24, déjà…)

Ça leur fera toujours un souvenir à confier au web, pour les générations futures (et en devenir) auxquelles je souhaite de connaître les glaciers, les pommes, les cartes postales et autres choses inutiles et donc essentielles.

(Photos : Arnd Wiegmann, Valentin Flauraud, International Youth Climate Movement, UN Climate Change, DR)

Sans attendre que les cartes postales arrivent en Pologne, le guitariste local (de Rybnik) Mateusz ‘MattColn’ Głombica a sorti tout récemment Music Postcard, un album de 8 titres, enregistré tout seul comme un grand, même s’il déclare que c’est “un rêve d’enfant”.