Le déséquilibre du monde

,

Slide 1

“On fait des bulles, on est du vent
Des funambules sur le fil du temps.”

Joe Dassin, C’est du mélo

“La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre.”
Albert Einstein

*

Une citation de chanteur pour midinettes, vieux nostalgique (ou qui voudra) et une autre d’un Prix Nobel qui a changé notre vision du monde : ça fait comme une sorte d’équilibre. Dans un monde qui ne le trouve pas. Un monde qui tourne en rond et pas tellement rond.

J’aime les funambules qui me font toujours rêver.

Et j’ai eu un moment de joie en voyant l’image du jour qui, parmi toutes les nouvelles en provenance de la caravane de migrants qui s’approche des États-Unis, apportait une note presque poétique. Un moment suspendu sur cette frontière de folie.

Mais une autre image m’a ramené sur terre. À la triste réalité. Là où le funambule n’a pas sa place.

Comme les migrants.

Ils sont plus de 3000 à être arrivés jusqu’à Tijuana, après avoir marché parfois pendant plus de 4000 km. Mais ils ne sont pas les bienvenus aux États-Unis, ni dans la ville frontalière, saturée, et dont les habitants leur sont hostiles.

Au pied du mur. Qu’un moment de poésie ne suffira pas à abattre.

(Photos : Gregory Bull, Thomas Watkins)

Sur la pochette de son nouvel album, Otodi, Peter Solo le leader de Vaudou Game se tient lui aussi en équilibre.

Mais la rythmique funky devrait l’empêcher de tomber.

Vaudou Game : Anniversaire.

Ce n’est pas vraiment un anniversaire, mais c’est quand même le 3300e article de ce blougui.