En sortant de l’école
(et de la guerre)

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

“En sortant de l’école
nous avons rencontré
un grand chemin de fer
qui nous a emmenés
tout autour de la terre
dans un wagon doré…”
Jacques Prévert (mis en musique par les Frères Jacques)

*

Je sais : Prévert est plus souvent présent dans les citations du jour que beaucoup de ses confrères poètes. Par complicité de verseaux peut être. Mais aussi parce que j’ai eu la chance de n’apprendre aucune de ses poésies à l’école et ainsi de ne pas en être dégoûté. Comme de tant de choses.

Des années après l’avoir quittée (comme élève puis comme parent), l’école ne figure pas vraiment en bonne place dans les quelques nostalgies qui me visitent encore quelquefois.

Pourtant, en ce jeudi (jour de mes congés hebdomadaires de jadis), j’ai éprouvé une certaine joie à voir les photos du jour.

Car, quand on demande des nouvelles de Mossoul un an et quelques après la “libération” de la ville à l’été 2017, elles ne sont pas toutes bonnes. Alors ces images d’enfants de retour de l’école, témoignent d’une reprise de la vie.

Une vie – presque – normale au milieu des ruines encore.

Combien de temps faut-il pour reconstruire une ville ? Combien de temps pour construire une vie ?

Non, ce n’est pas le problème des devoirs du jour. Juste une question en passant. En pensant aux enfants du monde et tout ce qu’ils ont à (nous) apprendre.

(Photos : Zaid Al-Obeidi)

Parmi les nouvelles en provenance de Mossoul, j’ai aussi appris que chantait de nouveau cette ville qui fut, il n’y a pas si longtemps, une des capitales de la musique arabe.

Et parmi les musiciens de retour pour enchanter de nouveau Mossoul, il y a Karim Wasfi, violoncelliste et compositeur irako- égyptien, aujourd’hui à la tête de l’orchestre symphonique national d’Irak, qui a donné un concert dans la vieille ville le 10 novembre dernier.

Je n’ai pas retrouvé d’enregistrement de ce concert, mais cette prestation dans les ruines de l’hôpital Al Shifa saura émouvoir et réjouir les lecteurs (et trices oui) fidèles, j’en suis sûr…