Confusion

Slide 1

“Dans comptable, il y a table…”
Mon père

*

Ma mère (et Dieu) ayant une place de choix dans ces pages (comme le faisait récemment remarquer une lectrice en commentaire), je pouvais bien donner – brièvement – la parole à mon père. Même si j’ai compris depuis belle lurette qu’il n’avait pas grand chose à voir avec Dieu.

Bref.

L’image du jour m’a évoqué une certaine confusion, que j’ai retenue en titre, et qui m’a évoqué à son tour ce jeu de mot paternel. Que je reprends à mon compte en héritage.

Et j’allais poursuivre, dans la légèreté, l’humour, les calembours et autres jeux de mots au sujet des ânes qu’on essaye de faire passer pour des zèbres, au sens “propre” en leur peignant des rayures, comme ici à Tijuana, mais aussi au sens symbolique. J’aurais peut être même glissé un mot sur mon désir, parfois, de passer pour un âne, incognito.

Un truc léger de fin d’année, comme la photo de Mohammed Salem qui avait tout déclenché.

Et puis…

J’ai vite compris que les ânes-zèbres de Tijuana étaient une attraction touristique (ainsi qu’un piège à blogueur fatigué) et que ces fameux Tijuana Zonkey avaient même droit à leur page wikipedia (en anglais).

Et j’ai surtout réalisé que Tijuana occupait davantage l’actualité ces derniers temps à cause de l’afflux de migrants d’Amérique latine échoués là par centaines, dans l’espoir – vain – de franchir la frontière et de rejoindre les États-Unis.

J’ai ainsi retrouvé plusieurs autres photos de Mohammed Salem. Et de ses confrères qui tentent de témoigner, d’alerter, de raconter, d’éveiller quelques consciences, de réveiller une part d’humanité chez certains…

Et de relayer le message de la Journée internationale des migrants qui est passée bien inaperçue, même sur abcdetc :

« Les migrations favorisent la croissance économique, le dynamisme des sociétés et la tolérance. Elles offrent une chance à des millions de personnes en quête d’une vie meilleure, et profitent aussi bien aux communautés d’origine et qu’à celles de destination. » António Guterres, Secrétaire général de l’ONU

C’était avant-hier et les déracinés de Tijuana, eux, l’ont fêtée à leur manière.

C’est chaque jour. Et je suis confus de tout ce(ux) que j’oublie.

(Photo : Mohammed Salem)

J’ai dressé l’oreille en reconnaissant Angélique Kidjo qui passait à la radio chantant Gimme Shelter des Rolling Stones, en compagnie de Joss Stone. Ça a plus de dix ans, mais ça reste d’actualité. Et d’une fraîcheur, et d’une énergie…