Démocratie minoritaire

Slide 1
Slide 2

“La démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité.”
Albert Camus

*

Après les élections présidentielles du dimanche 30 décembre dernier, qui devaient désigner le successeur de Joseph Kabila, après plus de 17 ans de « règne », les Congolais attendent toujours les résultats, annoncés pour le 6 janvier mais dont l’annonce a été reportée sans donner de nouvelle date.

Dans cette attente et pour « préserver l’ordre public après que des “résultats fictifs” ont commencé à circuler sur les médias sociaux », le pouvoir toujours en place a décidé de couper les principaux moyens de communication, Internet mais aussi SMS, sans oublier les fréquences de certaines radio, dont RFI, la radio toujours la plus écoutée de Kinshasa.

Pas vraiment de quoi rassurer la population congolaise et les observateurs internationaux (impuissants) quant à la fiabilité des résultats, qu’on peut imaginer suffisamment défavorables à « son » candidat, Emmanuel Ramazani Shadary, pour que le président Kabila, toujours sans successeur, décide de protéger sa minorité.

Tout à fait démocratiquement, selon la citation du jour d’Albert Camus, un autre refuznik de la légion d’honneur.

 

(Photos : Baz Ratner)

Elle était parmi les 10 finalistes du Prix découvert RFI 2018 (pour lequel j’ai oublié de voter cette année…) Et même si elle n’a pas gagné, la chanteuse congolaise Iyenga remporte un passage sur abcdetc, avec sa chanson Désolée. « Une complainte qui dévoile les dessous des cartes d’un amour désespéré, les “pirates”ayant pris à l’abordage le cœur aimé, il ne reste plus que l’amertume, les larmes et le goût de l’après passion. Qui n’est jamais passé par là ? »

Je me le demande aussi…