Manque de reconnaissance

Slide 1

“Un drapeau est un symbole qui nous rappelle que l’homme vit en troupeau.”
“Le nationalisme est une maladie infantile. C’est la rougeole de l’humanité.”
“Définissez-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu et je vous dirai si j’y crois.”
Albert Einstein

*

Trois citations pour le prix d’une. J’ai trouvé qu’elles allaient bien ensemble autant qu’avec la photo du jour.

Une photo que j’étais content de trouver pour tenir ma résolution toute récente (et dont je ne sais pas si je parviendrai à la tenir longtemps) de vous offrir un regard moins triste, moins violent, plus coloré sur le monde qui reste le nôtre.

Et pour le coup, de la couleur il y en avait ce dimanche dans ce rassemblement de plusieurs centaines de milliers de personnes au Metro Park de Panama City. Pour un match de foot ? Une manifestation de soutien ou de défiance ?  Un défilé pour défendre le climat ou réclamer le droit au bonheur ? Rien de tout ça. Il s’agit juste de la messe de clôture des JMJ (Journées mondiales de la jeunesse) célébrée par le pape François qui, malgré paraît-il une certaine baisse de fréquentation de ce rassemblement de jeunes catholiques, rencontre un certain succès lors de ses représentations.

Mais, incorrigible objecteur trop sensible que je suis, je n’ai pu m’empêcher d’être choqué par cette image, en y voyant tant de drapeaux nationaux et si peu de signes d’unité. Vous pouvez zoomer ici si vous désirez vous aussi regarder ça de plus près, mais vous constaterez comme moi que les croix sont bien moins nombreuses que les étendards.

Je ne sais si, comme on le prétend, Dieu reconnaîtra les siens. Mais j’ai comme l’impression que la reconnaissance n’est pas vraiment réciproque.

(Photo : Alessandro Bianchi)

Si vous voulez encore jouer avec l’image du jour, Je vous mets une photo du drapeau de Madagascar, pour le repérer (ou pas) dans les dizaines de pavillons nationaux.

Une transition approximative vers The Dizzy Brains, groupe malgache donc, auquel Stéphanie Joannès et Vincent Pion ont consacré un documentaire, The Dizzy Brains : Madagascar, pays punk, que j’ai découvert via un article mes confrères de RFI et dont je vous propose la bande annonce.

Les membres de The Dizzy Brains précisent dans ce film que, si leur pays est punk, eux ne le sont pas et qu’ils désirent un avenir. Au présent, ils ont une belle énergie. Prometteuse.