Sortir de la cage

Slide 1

“Il vaut mieux être oiseau des champs que oiseau de cage.”
Proverbe français (1611)

*

J’ai sélectionné un peu la va-vite le proverbe ci-dessus parmi 87, pour accompagner la photo du jour, l’envol de cet oiseau vers la liberté, et en résonance avec mon désir de plus en plus pressant de quitter moi aussi la “cage” dont je m’évade dans moins de trois semaines. Pour un envol de quelques mois, sans trop penser au retour.

Je n’ai guère croisé d’oiseaux lors de ma promenade dominicale à leur rencontre : juste une poignée de moineaux, deux pies, trop de pigeons, quelques mouettes et un héron au-dessus du lac et une coquette poule d’eau… Trop peu.

J’ai rencontré ce matin, avant de partir au travail qui me paye (la cage entre guillemets), celui que je partage avec vous ce soir. J’ai apprécié ce signe de douceur d’un oiseau relâché, tellement en contraste avec les images terribles en provenance de la région de Brumadinho au Brésil, ravagée par des torrents de boue qui ont charrié des dizaines de victimes (dont sans doute les anciens propriétaires de l’oiseau), après la rupture “accidentelle” d’un barrage appartenant au géant minier Vale.

Une nouvelle catastrophe si peu naturelle, comme trop d’autres dont la fréquence augmente en même temps que les chants d’oiseaux se raréfient…

Devant notre impuissance ou, pire, notre indifférence. Avec tristesse. Mais l’image du jour reste belle. Et je profite de cette publication pour rappeler (il y avait longtemps…) que je n’ai pas tué l’oiseau.

(Photo : Léo Corrêa)

Un peu après avoir trouvé la photo du jour, je suis allé jusqu’à ce fameux travail qui me paye, accompagné par le morceau Eden de Futuro Pelo, qui est aussi le titre de son tout nouvel EP. Que vous pouvez écouter intégralement ici.

J’ai retrouvé pour cette rubrique une chanson plus ancienne mais accompagnée d’une petite animation mignonette.