Double mixte

Slide 1
Slide 2

“Quand les hommes vivront d’amour
Il n’y aura plus de misère
Les soldats seront troubadours
Mais nous nous serons morts mon frère…”
Raymond Lévesque, 1956
Reprise par Félix Leclerc, Gilles Vigneault et Robert Charlebois en 1974
(J’ai comme un doute d’avoir déjà placé ça en exergue il y a peu…)

*

Je ne suis pas mort, mes frères, je vais survécure (heureux j’espère) et le pronostic vital n’est pas engagé.

Je suis juste en phase terminale, une semaine avant ma pause (pro)créative de près de 9 mois. Et un peu fébrile et fatigué. Ce qui tombe plutôt bien car ça m’évitera d’être malade pour commencer cette pause. J’anticipe.

J’ai passé une partie de l’après-midi à dormir (pas au travail je rassure les fonctionnarophobes…) mais dans mon lit. Et à mon réveil, en cherchant l’image du jour pour cet article quotidien, j’ai eu un moment de stupeur en découvrant la photographie que je vous propose. Avec même un focus pour mieux comprendre et partager mon étonnement.

J’ai cru un moment que j’avais dormi plus de deux heures et demie et que, durant mon sommeil, le monde s’était transformé radicalement. Que le mariage des prêtres avait précédé les mariages mixtes dans le clergé et que leur avait même succédé les mariages interreligieux. Et que le baiser nuptial entre le pape François et l’imam Sheikh Ahmed al-Tayeb symbolisait cette évolution.

Avec une pensée émue pour les enfants de chœur et autres condamnés aux différents catéchisme qui allaient pouvoir cesser de craindre les actes pédophiles. Et, pourquoi pas, dans un grand élan amoureux entre toutes les religions (regrettant juste l’absence d’un rabbin ou autre hindouiste ou bouddhiste, mais ça aurait fait partouze…) le monde allait vivre d’amour. Hommes, femmes et tous tiers tranquilles.

Un baiser annonciateur en quelque sorte.

Mais je n’ai pas dormi 100 ans. D’ailleurs ce n’est pas le baiser – ni même un sms – d’une princesse qui m’a réveillé. Juste banalement le réveil que j’avais réglé pour ne pas être en retard à mon rendez-vous chez la médecin.

Laquelle (la médecin) avait pour sa part un certain retard dû à l’ambiance grippale du moment. À laquelle (l’ambiance) j’ai presque échappé.

Je n’ai d’ailleurs pas tant de fièvre que je délirasse. C’est juste que mon imagination fonctionne à plein. Ce qui est plutôt rassurant.

Même si je suis un peu inquiet que ce soit, une fois encore, le pape qui m’inspire.

Je vais tâcher de trouver d’autres sources. Il me reste une semaine…

(Photo : Tony Gentile)

Je sais, nous sommes vendredi (jour de déposition ?) et la rubrique souvenirs est normalement pour ce weekend.

Je ne vous explique pas (ce serait trop long) l’association d’idées qui m’a propulsé 50 ans en arrière, en 1969, avec cette vidéo surréaliste de Robert Charlebois et Mouffe, totalement ignorants des sites et applis de rencontre qui allaient mettre Mme Bertrand au chômage.