A quelques heures de la date

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17

En cherchant une rime à prédateur
Je n’ai trouvé qu’horodateur…
Tu parles d’un poète !

*

Cet exergue approximatif et personnel n’appelle pas à la destruction des parcmètres ni de quoi que ce soit (peut être à cause de mon devoir de réserve ?). Mais je profite de cette introduction pour redire mon soutien à tous ceux, avec ou sans gilets jaunes, que révolte la violence de notre époque et qui expriment leur colère. Et redire aussi qu’une vie humaine et l’intégrité physique des personnes sont plus précieuses que n’importe quel bien matériel. Et j’en profite pour rappeler que François Berléand, que font chier les gilets jaunes, ne me ressemble pas du tout.

Bref.

J’ai fait la connaissance de Jeffrey Wu, l’auteur des photographies de la série du jour, avec cette image en provenance du Kenya, où l’on ne donnerait pas cher de la peau de l’impala attaqué par un guépard. Et pourtant, comme me l’expliquait la légende (et comme vous pouvez le vérifier ici où j’ai retrouvé les autres images du combat), la proie s’en est sortie et a réussi à fuir son prédateur. Comme quoi le présumé plus faible peut triompher du plus fort. Même seul. Alors ensemble, tout devient possible… pour paraphraser un autre menteur qui dirigea notre pays.

C’est donc en parcourant le site de Jeffrey Wu que j’ai trouvé les images aériennes du jour. Qui m’ont inspiré un moment poétique dont l’exergue ci-dessus n’est qu’un pauvre échantillon.

J’espère que toutes ces photographies qui dessinent des paysages presque abstraits, et pourtant si réels, et que tous ces vols d’oiseaux qui les traversent (ainsi qu’une nouvelle fois un article dominical sur abcdetc) vous inspireront aussi.

Et pour revenir sur terre, j’ai trouvé une photographie de zèbre. Parce que, même si m’agace cette dénomination fourre-tout de la surefficience pour laquelle je n’ai toujours pas trouvé de terme adéquat, l’animal incarne quand même un beau totem pour tous ceux qui se trouvent en décalage, inadaptés, trop sensibles, et qui s’adaptent tant bien que mal, se calent comme ils peuvent, au risque de s’insensibiliser.

Une insensibilité désolante dans un monde qui manque tellement de poètes.

(Photos : Jeffrey Wu)

PS : J’ai trouvé d’autres rimes ici.

J’ai failli remettre encore de l’ordre dans une mosaïque ornithologique déjà passée ici puis . Mais à cause de grâce à la poésie…

L’âme des poètes, par :

  1. Charles Trenet
  2. Maurane
  3. Gilda Giuliani
  4. Juliette Gréco
  5. Yves Montand
  6. Les Djinns
  7. Caterina Valente
  8. Hervé Vilard
  9. Charles Aznavour

Exceptionnellement il y a beaucoup de vidéo juste sonores. Mais c’est ce que j’ai déniché de mieux… Et j’ai trouvé que c’était pas mal.