Des nouvelles de JR

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21

“Et nous irons passer avril sur Mars.”
Robert Charlebois, Avril sur Mars

*

J’ai pensé à une autre citation ce matin en revenant du marché. Mais le temps de ranger les légumes dans le frigo, l’idée s’était envolée. J’ai la mémoire capricieuse et je ne pense pas toujours à noter mes pensées. Merci encore à Charlebois d’avoir été là.

Après une longue pause de deux semaines, prélude à une plus longue pause de près de 9 mois, le temps d’une gestation que j’espère féconde (et j’ai commencé à prendre des notes pour ne pas tout oublier des idées qui traversent…), j’avais envie de reprendre le fil d’abcdetc.

Mais pas tellement de me confronter au fil de l’actualité.

Après avoir parcouru quelques images de cette actualité des 15 jours écoulés, hésitant à construire une galerie d’informations présidentielles, du Venezuela à l’Algérie, de la Russie au Nigeria, en passant par Vietnam, où deux présidents ont raté leur qualification pour un prix Nobel toujours immérité, ou la France, où notre président enchaîne les marathons pour mieux détourner notre attention des lois qui se succèdent (santé, éducation, justice, fonction publique… en attendant les retraites).

Et puis j’ai reçu des nouvelles de mon homonyme que je suis encore obligé de présenter à quelques incultes qui pensent encore à Dallas quand je leur propose d’utiliser mes initiales à la place de mon trop long prénom.

JR donc, dont le projet Inside Out, financé grâce au prix Ted décerné au photographe il y a tout juste 8 ans, poursuit sa route à travers le monde, avec déjà la participation de plus de 260.000 personnes qui ont affiché leurs portraits géants dans 129 pays.

Et allez savoir pourquoi, parmi tous ces pays, j’ai retenu les images de la photographe indienne Swapna Maini qui est allée, en compagnie de ses étudiants, dans deux villages reculés de l’état de Haryana, pour y réaliser le portrait de femmes qui ne sont pas si souvent à l’honneur et visibles dans une société patriarcale.

Trente-trois photographies s de femmes, dont certaines n’avaient jamais été photographiées de toute leur vie. Un moment de reconnaissance. Un changement infime à l’échelle du monde mais sans doute profond pour ces héroïnes de quelques jours. Le temps que le temps efface leurs images sur les murs des villages, mais sans doute pas dans leur mémoire.

Avec une pensée de tendresse pour ces femmes, que je note ici pour le souvenir, je continue de chercher ce qui n’a encore jamais été  fait. Ce que je n’ai encore jamais réalisé de toute ma vie. Et qui la changera. Imperceptiblement et profondément.

Je vous souhaite un bon weekend.

(Photos : Swapna Maini)

Je suis ici, je serai là. Et encore ailleurs, j’ignore encore où et quand exactement.

Pour succéder à I will survive, la chanson de la dernière mosaïque, I will be there, de Mary Black, est venue me trotter dans la tête. Mais je n’en ai trouvé aucune autre interprétation.

Alors ? J’ai trouvé une autre chanson, largement reprise depuis sa création il y a plus de 50 ans…

Reach Out (I’ll Be There), par :

  1. The Four Tops
  2. Gloria Gaynor
  3. Diana Ross
  4. Irene Cara
  5. The Jackson 5 (qui commirent une autre chanson sous le titre I’ll be there qui fit l’objet d’autres reprises…)
  6. Alessandra Amoroso
  7. Claude François sous le titre J’attendrai (en compagnie de … Diana Ross)
  8. Sylvie Vartan reprenant l’adaptation
  9. Rita Pavone en italien sous le titre Gira, Gira