Démocratie ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18

“Tu dis que si les élections ça changeait vraiment la vie,
Y’a un bout d’temps, mon colon, qu’voter ça s’rait interdit !”
Renaud, C’est quand qu’on va où

*

L’information a – naturellement – fait moins de bruit que les prochaines présidentielles algériennes.

Mais quand même.

La Corée du Nord s’appelle officiellement République populaire démocratique de Corée. Et pour prouver ce caractère démocratique, les élections législatives se sont tenues dimanche dernier.

Avec des résultats encourageants.

Si les candidats uniques ont tous obtenu (sans surprise) 100% des voix, le taux de participation est en hausse à 99,99% (contre 99,97% en 2014). Il sera difficile de faire mieux la prochaine fois, à moins d’obliger à revenir pour le scrutin les électeurs “se trouvant à l’étranger ou travaillant en mer” qui n’ont pas pu prendre part au vote (obligatoire), selon l’agence officielle KCNA, qui se félicite que “ce scrutin cimente le pouvoir d’un peuple aussi solide qu’un roc”.

Les 687 membres du parlement se réunissent une à deux fois par an, pour des sessions d’une journée, d’approbation des décisions du leader suprême. C’est dire si ces élections ont plutôt valeur de symbole (simulacre ?) démocratique. Et si les soirées électorales sont sans doute moins longues et pleines de suspense que chez nous, le scrutin donne au moins lieu à de joyeuses réjouissances (pléonasme ?) comme le montrent les dernières images dansantes de ce dimanche. La dernière photo, prise le samedi lors d’un mariage, ayant été glissée dans leur article (sans doute par erreur ou par manque d’illustrations ?) par des confrères nippons.

Mais à propos de pigeons… ne nous moquons pas trop fort des parodies de démocratie.

Je me souviens de quelques scrutins hexagonaux récents : l’un en 2005 où la majorité des urnes fut rapidement reniée. L’autre en 2017, où nous étions sommés de “choisir” le “bon” candidat du second tour pour “défendre la démocratie”.

Le vote n’étant pas encore obligatoire chez nous, 25% des électeurs ont alors choisi de s’abstenir tandis que 11,5% de ceux qui se déplacèrent (dont je faisais partie, respectant toujours ce fragile droit de vote) déposèrent un bulletin blanc ou nul dans l’urne. Rappelons-nous que notre président a été élu avec 43,61% des voix des électeurs.

Pourquoi donc ai-je écrit “à propos de pigeons” ?

(Photos : Ed Jones, Dita Alangkara, Korean Central TV)

Je ne suis pas allé chercher de musique jusqu’en Corée du Nord et c’est tout près de chez nous que j’ai retrouvée Sarah Lenka. la jeune jazzwoman est pour sa part allée chercher l’inspiration de son dernier album, Women’s legacy, du côté du chant des femmes esclaves afro-américaines. En écho aux libérations inachevées d’aujourd’hui ?