Le printemps, bien sûr…

Slide 1

“Bien sûr il y a les guerres d’Irlande
Et les peuplades sans musique
Bien sûr tout ce manque de tendres
Il n’y a plus d’Amérique
Bien sûr l’argent n’a pas d’odeur
Mais pas d’odeur me monte au nez
Bien sûr on marche sur les fleurs
Mais voir un ami pleurer…”
Jacques Brel, Voir un ami pleurer (reprise ici par Maurane)

*

Bien sûr il y a encore des peuples qui crient pour réclamer leur liberté ou revendiquer leurs droits, en Algérie, au Venezuela, en Serbie, en Afrique du Sud, en Grèce ou ailleurs.

Bien sûr il y a tous ces morts, sous les balles d’un assassin imbécile en Nouvelle Zélande, dans le crash d’un avion suspect en Éthiopie ou dans le passage d’un cyclone au Mozambique et au Zimbabwe

Bine sûr il y a encore l’interminable chute de Baghuz.

Bien sûr il y a l’encore plus interminable Brexit.

Bien sûr il y a toujours plus de gilets jaunes et de marcheurs pour la planète que de petits cons de casseurs au nez et à la barbe d’un pouvoir impuissant (?)

Bien sûr il y a deux présidents extrémistes qui échangent leurs maillots de foot et leurs idées nauséabondes.

Bien sûr il y a toute cette pauvreté dans un monde où les riches ont les poches qui débordent.

Bien sûr il y a tous ces réfugiés, ces exilés, ces laissés pour compte, ces chercheurs d’espoir.

Bien sûr il y a mon silence, au hasard de mes déplacements et de mon inspiration d’ailleurs. Et ces billets épisodiques. Et toutes les photos qu’a croisé mon regard depuis le dernier article dans ces pages.

Et tous les événements d’un monde agité de soubresauts et qui se dégrade, lentement et en accéléré, sous tous nos regards incrédules autant qu’impuissants.

Et puis il y a le printemps. Quand même. Malgré tout. Toujours de nouveau.

Et cette rencontre sur une fleur californienne d’un papillon et d’une abeille, immortalisée par Mike Blake, photographe canadien de l’agence Reuters dont vous pouvez retrouver les autres images ici.

Quand à moi, je vous retrouve… plus tard, un autre jour, bientôt c’est promis.

(Photo : Mike Blake)

Parmi les photos d’actualité que j’ai parcourues avant ma rencontre avec le papillon, il y avait le knife Angel. Cette sculpture de plus de 8 mètres de haut a été créée par l’artiste anglais Alfie Bradley en hommage aux victimes de crime à l’arme blanche, à partir de 100.000 armes récupérées ou confisquées dans le pays, lors d’une loi d’amnistie en 2015-2016. Une sculpture dont le tour d’Angleterre entamé l’an passé fait étape ces jours-ci devant la cathédrale de Coventry.

(Photo : Christopher Furlong)

C’est à cause de “menaces de mort avec arme” que le rappeur parisien Moha La Squale est convoqué au tribunal de La Réunion.

Mais c’est à cause de Brel, qu’un de mes non lecteurs préférés me l’a fait connaître. Et certain(e)s reconnaîtront les lieux où a été tourné son clip Ça c’était avant.