Si la photo est (bien) bonne

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

“Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre.”
Karl Marx
“Hegel fait remarquer quelque part que, dans l’histoire universelle, les grands faits et les grands personnages se produisent, pour ainsi dire, deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde comme farce.”
Karl Marx

*

Au surlendemain de mon visionnage de Nuits et Brouillards et des réflexions qui m’étaient venues après cette claque cinématographique, j’ai reçu une autre claque (sans avoir tendu la joue gauche mais moins violente) en lisant ce matin, via la lettre d’information du Monde, un (sobre) tweet du mémorial d’Auschwitz que je partage ici à mon tour :

“Peut-on rire de tout ?”, s’interrogeait jadis Pierre Desproges en présence du père Le Pen, avant de répondre tout seul comme un grand et positivement : “Oui, à mon avis, on peut rire de tout – on doit rire de tout. De la guerre, de la misère, et de la mort.” Mais de moduler aussitôt : “Peut-on rire avec tout le monde ? C’est dur.”

C’était quelques années avant (j’ai vérifié) qu’il nous fasse encore rire en s’interrogeant sur la présence “de juifs dans la salle” tout en se méfiant des rumeurs : “Quand on me dit que si les juifs allaient en si grand nombre à Auschwitz, c’est parce que c’était gratuit, je pouffe.”

Bref.

Je regrette tout autant le talent de Desproges à nous faire rire que le manque de talent photographique des maniaques de l’egoportrait (j’ai vérifié aussi…) Regrets de natures fort différentes, comprenez-bien.

Sans approuver les obsédés du “devoir de mémoire”, je me suis interrogé une fois encore sur l’avenir d’une société où, à force de vivre dans l’instant présent (le fameux carpe diem des pseudo épicuriens) on en vient à perdre la mémoire sans l’aide d’Alzheimer, avec tout ce qu’elle pourrait nourrir d’expérience, de sagesse, de connaissance d’intelligence, de création, de bonheur…

“On ne peut pas vivre l’instant présent sans mémoire”, m’a rappelé le philosophe Frédéric Worms dont j’ai fait la connaissance dans cet entretien.

Que conclure d’autre ?

*

Les photos du jour ne viennent pas d’Auschwitz, mais du mémorial de Berlin, et sont issues d’un travail de montages réalisé par Shahak Shapira, qu’il a titré Yolocaust. Yolo étant l’acronyme de “You Only Live Once” (“On ne vit qu’une fois”), expression que j’ignorais jusqu’à aujourd’hui… et dont je ne suis pas sûr de la garder en mémoire. Pour Holocauste  > caust, ça ira sans explications ?

(Montages : Shahak Shapira)

Si Le Monde m’a parlé d’Auschwitz, c’est Le Figaro qui m’a appris que ce 29 mars marquait le centenaire de l’acquittement de Raoul Villain.

L’occasion d’une autre exploration de mémoire, celle du socialisme qui part lui aussi en fumée. Avec une belle reprise de Brel enregistrée par le groupe Zebda à l’occasion des 150 ans de la naissance de Jean Jaurès.

Et pour le plaisir de réécouter le grand Jacques qui traverse régulièrement ma mémoire, je vous remets la VO.